Jay Bouwmeester

Photo : Jay Bouwmeester Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Dix joueurs qui attendent leur bague depuis des lustres

Publié | Mis à jour

La soirée de mercredi permettra à certains hockeyeurs de savourer une première conquête de la coupe Stanley après un dur labeur constitué de plusieurs centaines de matchs en carrière.

Quelques joueurs, autant chez les Bruins de Boston que du côté des Blues de St. Louis, attendent ce grand moment depuis très longtemps.

Voici une présentation de différents joueurs qui espèrent voir le destin leur sourire sur la glace du TD Garden, où aura lieu le septième match de la finale.

-Jay Bouwmeester

En voilà un qui se ronge les ongles à l’idée de gagner la coupe, surtout qu’à 35 ans, les occasions risquent d’être de plus en plus rares pour lui. Ayant aussi joué pour les Panthers de la Floride et les Flames de Calgary, le défenseur évolue à St. Louis depuis 2013 et revendique 1184 parties en carrière en saison régulière. Ce total est le troisième plus élevé parmi les joueurs actifs n’ayant jamais obtenu le précieux trophée (derrière Patrick Marleau et Joe Thornton).

Bouwmeester a amorcé son parcours dans la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2002, mais il a dû patienter 11 ans avant de jouer pour la première fois en séries.

-David Backes

Maintenant avec les Bruins, le vétéran de 13 saisons dans la LNH compte 928 parties du calendrier régulier à son actif, incluant 727 dans l’uniforme des Blues. Ironiquement, il pourrait soulever le précieux trophée sous les yeux de son ancienne organisation, pour laquelle il a amassé 460 points, dont 206 buts. Reste à savoir s’il sera en uniforme pour le duel ultime, lui qui a été retranché au cours des deux dernières rencontres.

-Marcus Johansson

Le Suédois a effectué ses débuts dans la LNH avec les Capitals de Washington en 2010, mais il n’était malheureusement plus avec l’équipe lors de la conquête de 2018. Il a passé sept ans dans la capitale américaine, disputant 501 matchs de saison. Acquis des Devils du New Jersey à la date limite des transactions, il ne regrette pas de se retrouver à Boston, où il a inscrit 11 points en 21 rencontres éliminatoires.

-Jaroslav Halak

L’ancien gardien du Canadien de Montréal n’a pas encore joué en séries ce printemps, mais le brio de son coéquipier Tuukka Rask pourrait lui valoir sa première bague. Le Slovaque a totalisé 489 matchs à vie et tout comme Backes, il a déjà évolué à St. Louis. Halak a défendu le filet des Blues pendant 159 affrontements après son départ de la métropole québécoise en 2010.

-Vladimir Tarasenko

À St. Louis, outre Bouwmeester, les vétérans qui attendent le grand jour sont nombreux. Parmi eux, Vladimir Tarasenko patiente depuis 497 matchs de saison, c’est-à-dire depuis 2012-2013. Une coupe Stanley constituerait une belle récompense pour l’attaquant ayant dépassé le total des 30 buts au cours de chacune des cinq dernières années.

-David Perron

Le Québécois espère un dénouement fort différent de celui vécu il y a un an. David Perron faisait partie de la formation des Golden Knights de Vegas ayant plié l’échine en cinq matchs devant les Capitals de Washington au tour ultime. En étant à son troisième séjour au Missouri, le patineur de 31 ans a 779 rencontres de saison régulière au compteur.

Perron a notamment manqué un rendez-vous avec la coupe en 2016. Cette année-là, les Penguins de Pittsburgh l’avaient refilé aux Ducks d’Anaheim quelques mois avant d’enlever les grands honneurs.

-Alex Pietrangelo

Le capitaine des Blues rend de fiers services à son équipe depuis ses débuts en 2008-2009. Avec 688 matchs à vie, il est la figure de proue des siens à la ligne bleue, lui qui a récolté 17 points en séries cette année. S’il gagne la coupe, le choix de premier tour de St. Louis en 2008 pourra se targuer d’être l’un des seuls à avoir obtenu une bague sans être impliqué dans une transaction, du moins, à ce jour.

-Ryan O’Reilly

Le spécialiste des mises au jeu a porté l’uniforme 733 fois dans la LNH jusqu’ici et a dû passer par l’Avalanche du Colorado et les Sabres de Buffalo avant d’avoir l’occasion de jouer en finale à sa première campagne à St. Louis. Avec les Blues, il a su faire oublier sa fiche de -23 présentée à Buffalo un an auparavant. Grâce à un différentiel de +22, il a représenté un élément fiable pour son club, et ce, dans les deux sens de la patinoire.

-Tyler Bozak

L’ancien des Maple Leafs de Toronto n’a jamais franchi le premier tour éliminatoire durant son passage dans la Ville Reine qui s’est entamé en 2009-2010. Celui comptant 666 parties de saison espère évidemment voir cette séquence sans coupe Stanley prendre fin mercredi. Tyler Bozak jouera pour la 26e fois en séries cette année lors du prochain match des siens. À Toronto, il a totalisé 18 rencontres éliminatoires réparties sur trois séries de première ronde.

-Brayden Schenn

Voilà un autre joueur dont le total de parties éliminatoires en 2019 surpasse l’ensemble de ses matchs disputés en séries au cours de sa carrière. Avant ce printemps, le plus long parcours de Brayden Schenn en phase d’après-saison était celui de 2012, lorsqu’il avait participé à 11 rencontres des Flyers de Philadelphie. À vie, il a pris part à 587 affrontements du calendrier régulier et complète sa deuxième année au Missouri.