Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Impact de Montréal

Une blessure qui change les priorités de Maxim Tissot

Publié | Mis à jour

Quand on est absent du jeu pendant un an, on peut prendre un peu de recul sur le sport qu’on pratique depuis si longtemps et c’est exactement ce que Maxim Tissot a fait.

«Avec une blessure comme ça, tu réalises que les choses peuvent changer assez vite», reconnaît-il au bout du fil.

Ainsi, il en est venu à réaliser qu’il voulait jouer un rôle dans le monde du soccer en Outaouais.

«J’ai compris que j’aimerais rester dans le soccer, passer mes licences d’entraîneur et m’impliquer dans le soccer en Outaouais et à Ottawa.»

Près de la communauté

Cette réflexion part d’un désir de vouloir prendre plus de place dans la communauté, un rôle que Tissot embrasse avec plaisir.

«Quand tu es à l’écart du jeu comme ça, tu vois le jeu différemment et tu vois ton rôle différemment.»

«J’ai eu la chance de parler avec le directeur général, Julian de Guzman, et il pense que j’ai un rôle important à jouer à l’extérieur du terrain et je suis content parce que je n’avais pas vraiment ce rôle-là à Montréal.»

Tissot estime, avec justesse, qu’il est dans une bonne situation pour contribuer à l’essor du soccer dans son coin de pays.

Toute cette expérience lui permet aussi de faire un peu de mentorat auprès de jeunes joueurs du Fury, dont certains y sont en prêt de l’Impact et du Toronto FC.

Oeil sur les jeunes

Il a donc pu observer la croissance des produits de l’Impact, plus particulièrement Thomas Meilleur-Giguère, qui en est à une troisième saison à Ottawa et qui joue sur une base régulière depuis la saison dernière.

«Thomas fait du très bon travail à sa troisième année. Il a saisi sa chance l’année dernière. C’est un bon joueur et il a su saisir sa chance.

«J’espère qu’il pourra avoir une carrière avec l’Impact et je crois qu’il a ce qu’il faut pour le faire.»