SPO-SOCCER-CANADA-BRESIL

Crédit : PHOTO DOMINIC CHAN/AGENCE QMI

Soccer

Mondial féminin: les Canadiennes visent le titre et rien de moins

Publié | Mis à jour

Le Canada occupe le cinquième rang au classement mondial de la FIFA et ça devrait être suffisant pour permettre beaucoup d’espoir en ce début de Coupe du monde. L’équipe ne vise rien de moins que le titre à la fin de la compétition.

Après tout, les Canadiennes sont, année après année, présentes parmi les meilleures formations sur la scène mondiale.

Les joueuses canadiennes vont cette fois-ci jouer avec un sentiment d’urgence accru.

Elles vont en effet vouloir tout donner pour l’attaquante Christine Sinclair qui, à presque 36 ans, prendra sa retraite internationale après cette compétition.

Elles n’auront toutefois pas à composer avec la pression qui venait avec la présentation du tournoi au Canada, il y a quatre ans.

Plus près de chez nous, on ne retrouve qu’une seule Québécoise au sein de l’effectif, la jeune Gabrielle Carle, âgée de 20 ans et qui est originaire de Lévis.

Déception

Même si les Canadiennes comptent parmi les favorites depuis plusieurs années, elles ont vécu leur lot de déceptions au fil des dernières années.

Après avoir raté la première présentation en 1991, elles ont participé à toutes les autres éditions subséquentes.

Elles ont obtenu leur meilleur résultat aux États-Unis en 2003, terminant au quatrième rang après s’être inclinées 3 à 1 contre les Américaines dans la petite finale.

Elles ne sont sorties de la phase de groupe qu’à une autre reprise, il y a quatre ans. Le tournoi était alors présenté au Canada.

Elles ont conclu la phase de groupe avec une fiche d’une victoire et deux verdicts nuls pour ensuite l’emporter 1 à 0 contre la Suisse en huitièmes de finale.

Elles ont toutefois vécu une vive déception quand elles se sont inclinées 2 à 1 devant l’Angleterre en quarts de finale. L’espoir d’une nation venait alors de s’éteindre sur un tournoi qui avait été une réussite dans la plupart des autres aspects.

Solides

Les Canadiennes ont pourtant connu du succès lors de toutes les autres compétitions, mais il ne s’est pas encore traduit sur la plus grande scène.

Elles ont remporté la médaille de bronze lors des deux derniers Jeux olympiques, à Londres en 2012 et à Rio en 2016.

Au sein de leur confédération, la CONCACAF, elles talonnent les États-Unis, qui survolent la compétition. Depuis que le championnat de la CONCACAF existe, elles ne l’ont raté qu’une fois, en 2014. Lors des 10 autres présentations, elles l’ont remporté en 1998 et en 2010, puis elles ont été finalistes à cinq occasions.

Nouvel entraîneur

Une large part des succès de l’équipe au cours des dernières années revient à John Herdman, qui en a été le sélectionneur de 2011 à 2018. L’Anglais a mené le programme de main de maître et a pris la direction de la formation masculine l’année dernière. Tous espèrent qu’il connaîtra le même succès avec les hommes.

Depuis son départ, la sélection féminine est dirigée par le Danois Kenneth Heiner-Moller, lequel a assuré une succession en douceur, lui qui a agi comme assistant de Herdman de 2015 à 2018.

Un long parcours cet été serait un brillant hommage à l’héritage de Herdman, de même qu’un regard rassurant sur l’avenir, sans compter que les Canadiennes sont invaincues depuis le début de 2019 avec une fiche de cinq victoires et quatre matchs nuls.