AUTO-PRIX-F1-MON-PRACTICE

Crédit : AFP

F1

«J’ai laissé tomber l’équipe» - Sergio Perez

Publié | Mis à jour

Sergio Perez a avoué avoir commis une erreur coûteuse lors de son tour rapide en qualifications. Visiblement malheureux, le Mexicain a l’impression d’avoir laissé tomber son équipe en ne signant que le 16e chrono du jour, samedi à Montréal.

Il prendra malgré tout le départ en 15e place en raison de la pénalité à Kevin Magnussen.

«J’ai fait une erreur au virage 10 et ça nous a coûté une présence en Q2. Ça fait mal quand tu laisses tomber ton équipe, a indiqué le coéquipier de Lance Stroll. C’est un très mauvais sentiment en tant que pilote. J’espère pouvoir me racheter demain.»

La situation est d’autant plus choquante pour Perez que les monoplaces de Racing Point montraient un rythme prometteur jusque-là. Il avait en effet signé le septième chrono lors de la deuxième séance d’essais, vendredi.

Pourtant, les deux voitures roses ont été exclues des qualifications dès le premier segment, samedi.

«L’équipe a fait un travail fantastique pour améliorer la voiture. Nous avions définitivement plus de potentiel. C’est une fin de semaine différente des deux dernières courses puisqu’il y a eu beaucoup de progrès. C’est dommage.»

Passage à vide

Perez pointe actuellement au neuvième rang du classement des pilotes en vertu d’une récolte de 13 points. Il a pourtant été écarté du top 10 lors des deux dernières épreuves, en Espagne et à Monaco. Il espère maintenant pouvoir faire amende honorable dimanche.

«C’est une piste qui semble mieux convenir à la voiture. Les temps étaient très serrés pendant toute la fin de semaine. Nous verrons ce que nous pouvons faire demain pour minimiser les dommages.»

«L’année est longue, a-t-il philosophé. Nous y allons une course à la fois. J’espère qu’il y aura une course chaotique demain et que nous pourrons en soutirer quelque chose.»

Casse-tête

De l’avis de Perez, la stratégie sera importante pour grimper dans la hiérarchie lors de la course. Il estime toutefois qu’une stratégie à un seul arrêt, qui a été privilégiée par la grande majorité des pilotes en 2018, est à écarter en raison de la dégradation des pneus.

Stroll a appuyé les dires de son coéquipier, tout en insistant sur le fait que la situation n’était pas différente aux précédentes courses cette année.

«À chaque fois, c’est la même histoire, a lancé Stroll. Sur chaque piste, il y a de la dégradation. C’est important de bien comprendre quand ça va arriver et d’établir notre stratégie autour de cela. Ça va être compliqué. Il y a beaucoup de stratégies à étudier et [il faut] trouver des options pour dépasser des voitures.»