FOR-MOT-SPO-F1-GRAND-PRIX-OF-CANADA---PRACTICE

Crédit : AFP

F1

Esteban Ocon prend son mal en patience

Publié | Mis à jour

Après une saison 2017 intéressante, Esteban Ocon a été relégué sur le banc de touche cette année. Une situation qui n’est pas évidente à gérer pour le pilote de 22 ans.

Ocon occupe la fonction de pilote d’essai pour la puissante écurie Mercedes en 2019. En gros, il est le premier substitut du Britannique Lewis Hamilton et du Finlandais Valtteri Bottas.

Il est présent à toutes les épreuves de la saison au cas où l’un des deux pilotes subirait une blessure.

«C’est une année de transition pour moi, a indiqué Ocon lors d’un événement organisé par Mercedes. Ce n’est pas simple de ne pas être dans la voiture et de ne pas pouvoir courir sur des pistes excitantes, comme celles de Montréal.»

À la fin de la dernière saison, on croyait que le Français aurait la chance de se faire valoir chez une écurie de pointe. Toutefois, en raison d’un appui financier insuffisant, il n’a pas été en mesure de se dénicher un volant après son départ de la défunte écurie Force India.

Bottas est demeuré en place chez Mercedes, alors que Charles Leclerc a obtenu le poste disponible chez Ferrari. Pas plus de chance chez Red Bull, qui a comblé le départ de Daniel Ricciardo avec le Français Pierre Gasly.

Objectif 2020

Étant donné que ses chances de prendre part à une course sont minces d’ici la fin de la campagne, Ocon pense déjà à la saison 2020.

«Mon équipe de gérance travaille très fort pour me dénicher un volant pour l’an prochain, a-t-il souligné. Il faut démontrer de la patience et j’espère qu’elle sera récompensée.»

En attendant, Ocon fera des tours de piste par centaines sur le simulateur de Mercedes. Pour l’épreuve de Montréal, il en a fait 300 pour fournir une bonne base de données aux ingénieurs et aux pilotes de son écurie.

«Je suis très occupé dans mes fonctions, a précisé Ocon. Je n’ai pas trop le temps d’attendre un dénouement dans ma situation personnelle. Je suis toujours sur le simulateur ou à l’usine. J’ai des journées bien remplies.»

À la bonne école

Pour le moment, le jeune pilote se contente de donner un coup de pouce à ceux de Mercedes. Une expérience qui devrait l’aider dans le futur.

«Je les aide beaucoup à faire progresser la voiture et j’apprends beaucoup de choses, a affirmé Ocon. Lorsque tu fais partie d’une écurie comme Mercedes, c’est formateur.

Ils ont du savoir. Ce n’est pas un hasard s’ils ont remporté les quatre derniers championnats. C’est une très grande chance pour moi d’être avec eux. Lorsque j’aurai à nouveau un volant, je serai un pilote encore plus complet.»

Son sort est lié à l’avenir de Bottas avec Mercedes.

Si le Finlandais décidait d’aller sous d’autres cieux, la porte s’ouvrirait. Est-ce que l’opportunité se présentera? On le saura dans quelques semaines.