Crédit : PHOTO COURTOISIE/Mauricio Paiz/Tennis Canada

Tennis

«C’était vraiment un grand moment»

Publié | Mis à jour

La victoire historique de Leylah Annie Fernandez au tournoi junior de Roland-Garros a de quoi impressionner.

Une Québécoise qui jubile à la Porte d’Auteuil, ça ne s’était jamais vu. Pour Louis Borfiga, vice-président du développement chez Tennis Canada, une belle carrière s’annonce.

«C’était vraiment un grand moment, a-t-il raconté depuis Paris, samedi, sur les ondes de LCN. C’est une très belle victoire pour Leylah. Elle a joué un très bon match.»

Non seulement la Montréalaise a-t-elle été dominante à ce tournoi du Grand Chelem, elle n’a pas perdu une seule manche. Tout un exploit!

«Elle a démontré des qualités intéressantes pour le futur. Je pense qu’il y a un bel avenir pour Leylah, prévient Borfiga. Gagner à Roland-Garros, c’est énorme.»

Pas d'autres tournois majeurs en vue?

Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce Fernandez se présente à d’autres tournois majeurs chez les juniors, notamment en ce qui a trait à Wimbledon, où Eugenie Bouchard avait jubilé sur la pelouse anglaise en 2012.

Elle se mesurera plutôt à des professionnelles établies, ce qui optimisera son développement à 16 ans.

«Elle va jouer dans des tournois challenger comme Saskatoon, Gatineau et Granby. On va privilégier davantage le tennis professionnel, explique l’architecte de la nouvelle génération canadienne, dont font partie Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov.

«Elle a prouvé qu’elle était capable de gagner un tournoi du Grand Chelem, donc on va passer à l’étape supérieure.»

Selon Borfiga, la gauchère démontre des qualités déjà bien enviables à son âge, ce qui facilite le travail de ceux qui l’encadrent chez Tennis Canada.

«Elle a une force mentale hors norme. C’est une compétitrice qui adore jouer au tennis.»