Les Partants

Lance Stroll: pas de volant sans l'argent, croit «Tag»

Publié | Mis à jour

Respectueux à l’égard de Lance Stroll, le pilote Alexandre Tagliani ne croit pas qu’il aurait sa place en Formule 1, n’eut été de l’argent de son père, Lawrence.

«Je vais te donner mon opinion, et je ne lui enlève pas son talent, mais je ne pense pas» a-t-il déclaré à l’émission «Les Partants», vendredi.

«Lorsqu’on regarde le passé, l’argent a fait beaucoup. Mais il est là. Il vient de cette famille-là et il a les sous, donc il ne peut pas se dire "je ne vais pas en profiter".»

Ces propos, quoique plus doux que ceux tenus par l’ancien champion québécois Jacques Villeneuve, ne vont pas sans rappeler la critique que ce dernier lui avait adressée en le qualifiant même de «pire rookie» de la F1.

«Il s’est bien débrouillé, mais il est le seul pilote à tester entre les courses. C’est un peu dur à avaler. Il faut que l’argent ait une limite, et là, ça repousse la limite», avait-il déclaré, tel que cité par le quotidien Le Monde.

Difficile de rivaliser avec Mercedes et Ferrari

Tagliani, qui reconnait les habiletés de Stroll, qui n’est âgé que de 20 ans, voit difficilement comment il peut rivaliser avec les pilotes des écuries Mercedes (257 points) et Ferrari (137 points), qui dominent respectivement le classement des constructeurs.

Racing Point, elle, est loin derrière en cinquième position avec 17 points, dont quatre qui ont été inscrits par le jeune Montréalais.

«Si tu n’es pas dans une Mercedes ou une Ferrari, c’est presque impossible de gagner», a souligné Tagliani.

«Quand tu pars des séries ‘tremplin’ où t’as fait partie des meilleures équipes, comme lui, il faut que tu sois capable de retirer le maximum de ta voiture si tu n’es pas à la hauteur des autres équipes.»

Stroll doit prenait part aux essais libres sur le circuit Gilles-Villeneuve en journée, à deux jours du Grand Prix du Canada. L’an dernier, au volant de sa Mercedes-Williams, il n’avait pas terminé la course.