HKN-HKO-SPO-2019-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-FIVE

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Les Blues gardent leur calme

Publié | Mis à jour

Les Blues de St. Louis auront l’occasion de remporter la première Coupe Stanley de leur histoire, dimanche, devant leurs partisans, mais ils ne se laisseront pas emporter par les émotions pour autant.

«Nous savons ce que le match de dimanche représente, mais le groupe est calme et on est bons pour rester concentrés après les matchs, a indiqué le capitaine Alex Pietrangelo, vendredi. Je n’ai pas l’impression que qui ce soit est trop émotif actuellement.»

«On a tous joués de gros matchs à un moment ou un autre de notre carrière, que ce soit aux Olympiques, la Coupe du monde, dans le junior ou peu importe, a-t-il poursuivi. On a joué un match sept contre Dallas, on a pris de l’expérience dans ces séries. Je sais que ce n’est pas le même niveau, mais on a un groupe assez calme.»

Démarrer en force

Les Bruins ont amorcé le dernier match en lion et les Blues ont eu fort à faire pour ne pas se retrouver dans le trouble rapidement. Pietrangelo estime qu’il faudra leur remettre la monnaie de leur pièce.

«On a besoin de mieux commencer, a avoué Pietrangelo. Ils nous ont donné du trouble là-bas, en première période, et ce sera à nous, dimanche, de leur renvoyer la balle.»

L’entraîneur des Blues, Craig Berube, a tenu des propos semblables.

«Nous devrons être prêts, a-t-il souligné. Nous allons l’être et nous serons à la maison. On doit leur partir après dès la première période afin de donner le ton.»

Prudents quant aux arbitres

Berube comme Pietrangelo n’ont pas trop voulu se mouiller au sujet de la controverse entourant le but gagnant du match numéro cinq. David Perron, des Blues, a touché la cible quelques secondes après que les officiels eurent ignoré une infraction évidente à l’endroit de Noel Acciari, des Bruins.

Et pourtant, les Blues eux-mêmes ont eu à composer avec des choix douteux des arbitres au cours des présentes séries.

«Ça va des deux côtés, a d’ailleurs observé Berube. Il y a des punitions de part et d’autre qui pourraient être appelées, certaines le sont et d’autres pas. C’est ainsi qu’on voit les choses.»

«Ça nous est arrivé aussi, a justement rappelé Pietrangelo. On s’inquiète à propos de ce qui doit nous inquiéter. On a été bons à identifier ce qu’on peut contrôler et ce qu’on ne peut pas contrôler, alors on va de l’avant.»