FOR-MOT-SPO-F1-GRAND-PRIX-OF-CANADA---PRACTICE

Crédit : AFP

F1

État des forces : Carlos Sainz enchaîne les bons résultats

Publié | Mis à jour

Mené par une volonté de rendre hommage au regretté Niki Lauda, le champion du monde en titre, Lewis Hamilton, a fait preuve d’une grande faculté de gestion des pneus pour résister aux assauts répétés de Max Verstappen et remporter le Grand Prix de Formule 1 de Monaco.

Les amateurs ont toutefois eu peu d’action à se mettre sous la dent, les meneurs voulant éviter de surtaxer les pneus pour respecter une stratégie à un seul arrêt très peu compatible avec un spectacle de qualité.

Voici donc l’état des forces des pilotes de F1 mis à jour après l’étape monégasque et avant le Grand Prix du Canada prévu dimanche à Montréal. Pour établir ce classement, les performances des pilotes au cours des trois plus récents Grands Prix sont prises en compte.

1- Carlos Sainz fils, McLaren

Plusieurs pilotes se sont arrêtés lors de l’intervention de la voiture de sécurité au 11e tour. Pour les pilotes du milieu de peloton, la décision de rester en piste a toutefois clairement été plus avantageuse.

C’est ce qui est arrivé à Carlos Sainz fils, qui a doublé Daniel Ricciardo et Kevin Magnussen en retardant son arrêt, pendant que ses deux adversaires étaient coincés dans le trafic.

De plus, Sainz a une fois de plus été brillant dans ses batailles, doublant les deux Toro Rosso dès le premier tour. La manœuvre par l’extérieur aux dépens de Daniil Kvyat au virage Massenet était particulièrement audacieuse.

Sainz a finalement terminé la course sixième, étant sacré «meilleur des autres» dans la principauté.

2- Lewis Hamilton, Mercedes

Lewis Hamilton a une fois de plus démontré l’éventail de ses talents dans les rues monégasques.

Lors l’intervention de la voiture de sécurité à la 11e boucle, Mercedes a opté pour un arrêt afin de permettre à Hamilton de chausser les gommes médiums, pendant que Max Verstappen et Sebastian Vettel, derrière, sont passés aux pneus durs.

La décision n’a visiblement pas été la bonne, puisque très rapidement, il s’est plaint de l’usure des gommes. Malgré tout, il est parvenu, en vertu d’un effort de gestion des pneus exemplaire d’un durée de 67 tours, à rester devant Verstappen, qui était aux aguets pendant plus de 50 tours.

La veille de la course, il avait signé de justesse sa 85e position de tête en carrière.

3- Daniil Kvyat, Toro Rosso

La monoplace STR14 de Toro Rosso a montré son rythme avec les huitième et 10e meilleurs temps en qualification. Durant la course, ce sont les stratèges de l’écurie qui ont montré leur expertise en optant pour des arrêts tardifs qui ont permis aux deux voitures de gagner deux places en piste.

Daniil Kvyat a finalement conclu l’épreuve à la septième position, ce qui représentant un deuxième top 10 consécutif pour lui.

4- Max Verstappen, Red Bull

S’Il a été brouillon, entrant en contact avec les deux Mercedes, Verstappen a pratiquement été l’unique agitateur de cette course.

En embuscade derrière Hamilton pendant la majeure partie de la course, il a tenté le tout pour le tout au bout de la ligne droite du tunnel lors du 76e de 78 tours, mais sa manœuvre trop audacieuse n’a eu comme résultat qu’un léger contact entre les deux rivaux.

Précédemment, pendant la séquence d’arrêts, une sortie dangereuse des puits a été à l’origine d’un accrochage avec Bottas qui lui a valu une pénalité de cinq secondes.

Verstappen a vu le drapeau à damiers en deuxième place, mais la pénalité l’a finalement relégué en quatrième position.

5- Valtteri Bottas, Mercedes

Bottas n’était qu’à 86 millièmes de seconde de décrocher la «pole». Au cours de l'épreuve, un accrochage avec Verstappen a causé une crevaison. Victime de malchance, le Finlandais, qui pouvait aspirer à la victoire, a plutôt terminé troisième.

Un résultat qui sera difficile à avaler pour Bottas, qui parvient jusqu’ici à repousser Hamilton jusque dans ses derniers retranchements.

6- Kevin Magnussen, Haas

La 14e place au classement final ne reflète en aucun cas le travail de Kevin Magnussen sur la Côte d’Azur.

Extrêmement rapide en qualification, Magnussen a pris le départ du cinquième échelon. Bien que doublé rapidement par Daniel Ricciardo et Pierre Gasly lors du premier tour, il roulait malgré tout en septième position.

Il s’est toutefois arrêté pendant l’intervention de la voiture de sécurité, revenant en piste en 12e place. Il n’a ensuite jamais été en mesure de progresser, sur un tracé où il est très difficile de dépasser. Le Danois a même reculé à la 14e place en raison d’une pénalité de cinq seconde pour avoir gagné un avantage en court-circuitant un virage lorsque Sergio Perez tentait de le dépasser.

7- Alex Albon, Toro Rosso

Alexander Albon continue de faire ce qu’il faut pour conserver sa place au sein de l’organisation Red Bull. À Monaco, une voiture rapide et un peu de chance lui ont permis de décrocher le huitième rang au terme d’une course plutôt tranquille, ce qui constitue son meilleur résultat en carrière.

La recrue a notamment aidé son équipe à gonfler son total à 16 points et à effectuer un bond de deux positions au classement des constructeurs, aux dépens de Renault et Alfa Romeo

8- Sebastian Vettel, Ferrari

De son propre aveu, Vettel n’a fait qu’être patient lors de cette course. Parti quatrième, l’accrochage entre Bottas et Verstappen lui a fait gagner deux positions, montant ainsi sur la deuxième marche du podium.

9- Sergio Perez, Racing Point

C’était un weekend très pénible pour Sergio Perez et Racing Point, à des années lumières de la forme montrée à Bakou un mois auparavant.

Avec la 12e place à l’arrivée, le Mexicain a malgré tout fait mieux que son coéquipier québécois Lance Stroll, qui a pris le 16e échelon malgré qu’il profitait de la stratégie la plus favorable.

10- George Russell, Williams

Pour la première fois de la saison, les voitures Williams n’ont pas été dernière et avant-dernière au terme d’une course.

La recrue George Russell a en effet devancé Lance Stroll, Kimi Raikkonen, son coéquipier Robert Kubica et Antonio Giovinazzi pour terminer 15e. Un pas dans la bonne direction pour l’écurie de Grove.