Grand Prix du Canada

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

F1

Accrochage sans conséquence pour Grosjean et Stroll

Publié | Mis à jour

Lors des derniers instants de la deuxième séance d’essais libres, Lance Stroll et Romain Grosjean ont animé le spectacle avec un léger contact, vendredi à Montréal. Un incident sans conséquence que les deux pilotes ont minimisé.

Au cœur d’un tour rapide, Stroll a effectué un dépassement aux dépens de Grosjean au bout de la longue ligne droite avant de reprendre la ligne de course. Grosjean était toutefois encore à sa gauche, si bien que leurs roues se sont légèrement touchées.

«C’est un petit accrochage. J’ai pu continuer sans problème. Je n’ai pas vu la reprise, je ne peux pas commenter», a prudemment avancé Stroll avant de rencontrer les commissaires, puisque les deux adversaires ont dû s’expliquer à la Fédération internationale de l’automobile (FIA).

Grosjean, qui a dû passer par la ligne des puits en raison de l’incident, n’a pas fait d’histoire avec cet événement après avoir entendu la version des faits de Stroll devant les commissaires.

«Une mésentente. Il pensait que j’avais complètement lâché puisqu’il avait passé devant. Je pensais qu’il allait me laisser plus de place sur la gauche parce que je n’avais pas totalement lâché les gaz. Je pense qu’on s’est mal compris.»

La FIA n’a d’ailleurs pas cru bon de sévir à l’endroit des pilotes.

Un attentat

Il ne s’agissait pas d’un premier accroc entre les deux hommes cette saison. Lors du premier tour du Grand Prix de Bahreïn, Stroll et Grosjean sont entrés en contact. Résultat: une crevaison pour le Français et un aileron brisé pour le Québécois.

Grosjean a toutefois été forcé à l’abandon au 16e tour en raison des dommages subis. Très déçu, il n’avait pas mâché ses mots après la course.

«Aujourd’hui, il n’y a pas grand-chose à dire. Il y a un mec qui fait un attentat contre moi et c’est fini... Je me suis fait rentrer dedans.»