Crédit : PHOTO COURTOISIE / Lucas Kschischang - Alouettes de Montréal

Alouettes

Les Alouettes doivent choisir

Publié | Mis à jour

Au-delà du résultat, un match nul de 20 à 20 contre le Rouge et Noir d’Ottawa, les Alouettes de Montréal espéraient qu’un des quarts-arrière dans la course au poste de partant allait se démarquer, jeudi au stade Percival-Molson dans le cadre du dernier match préparatoire de l’équipe.

Autant Antonio Pipkin que Vernon Adams fils ont donné matière à réflexion à l’entraîneur-chef Mike Sherman.

Le pilote a d’ailleurs été avare de commentaires sur le sujet après le match. «Nous allons nous asseoir, regarder la vidéo du match et nous verrons après», a-t-il dit.

«Ensuite, je vais vous faire languir toute la semaine, comme l’an dernier», a-t-il ajouté à la blague à l’intention des journalistes.

Pipkin est celui qui a entamé la rencontre. Devant 13 474 spectateurs, il a rejoint DeVier Posey sur une distance de 29 verges et le receveur a ensuite parcouru les 43 verges qui le séparaient de la zone payante, dès le quatrième jeu.

Celui qui a pris part à six matchs l’an dernier avec les Alouettes a terminé sa soirée de travail en ayant complété cinq de ses 10 passes pour 107 verges.

Pipkin, considéré comme le favori pour le rôle de partant au début du camp d’entraînement, a ainsi été beaucoup plus impressionnant que la semaine dernière dans le revers de 45 à 20 contre les Argonauts. Il n’avait rejoint ses receveurs qu’une fois en cinq tentatives à Toronto.

Contre le Rouge et Noir, il n’a pas réussi qu’un jeu explosif. Il a également converti un troisième essai important en repérant B.J. Cunningham sur un tracé court.

«Nous voulions sortir plus forts que la semaine dernière et c’est ce que nous avons fait, a indiqué Pipkin. Nous avons établi les bases sur lesquelles nous pourrons bâtir cette saison.»

Départ canon

Adams fils, pour sa part, aurait difficilement pu mieux réussir son entrée dans le match. Avec deux minutes à faire à la première demie, sa passe de 48 verges a été attrapée par Quan Bray. Dès le jeu suivant, le duo a récidivé, mais cette fois Bray a capté le ballon dans la zone des buts.

Il a réussi une autre passe avant de céder sa place, pour un total de 84 verges de gain. Il a aussi gagné 38 verges au sol.

En toute fin de rencontre, l’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval Hugo Richard a pu diriger l’attaque.

Les deux autres quarts en action, Matthew Shiltz et Jeff Mathews, ont eu un impact limité. Shiltz a complété une passe tandis que Mathews a échappé le ballon, ce qui a mené à un majeur du Rouge et Noir.

Plus solide

Complètement dominée dans la Ville Reine, la défense montréalaise a fait bien meilleure figure devant ses partisans.

Il faut dire que l’unité comptait sur les services de vétérans qui n’avaient pas été utilisés contre les Argos.

Ty Cranston et Marcellus Pippins se sont particulièrement illustrés défensivement en réussissant chacun une interception.

En 2018, les Alouettes avaient accordé le deuxième plus haut total de points dans la Ligue canadienne de football.

Le temps des décisions est maintenant arrivé pour l’état-major montréalais, qui devra compléter sa formation dans les prochains jours et commencer à se préparer pour le début de la saison régulière. Les Moineaux entameront leur campagne au domicile des Eskimos d’Edmonton, le vendredi 14 juin.