F1

«J'ai dû faire un choix à un moment donné» - Stroll

Publié | Mis à jour

Le Canadien avait tout prévu. Un uniforme officiel avec son nom à l’endos, le numéro 18 qu’il porte en F1 ainsi qu’une plaque personnalisée dans le vestiaire de l’équipe.

Le temps de quelques heures, Lance Stroll s’est retrouvé dans la peau d’un joueur de hockey au sein de l’une des plus prestigieuses organisations de la LNH.

Voyez le reportage d'Andy Mailly-Pressoir dans la vidéo ci-dessus.

La vie d’un pilote de F1 comporte ses privilèges. Comme celui de côtoyer des membres de la formation du Tricolore dans une séance d’entraînement improvisée et d’affronter... les journalistes.

Quand il a été le premier mercredi à fouler la patinoire du complexe de Brossard, le pilote québécois a laissé échapper un «wow !»

C’était une façon pour lui de se libérer d’une pression qui pèse actuellement sur ses épaules. De retrouver le sourire aussi.

«La saison est encore longue»

Ses six premières courses de la saison, au sein de la nouvelle écurie Racing Point dirigée par son père Lawrence, ne lui ont pas fourni de grandes satisfactions. Contre toute attente, Stroll cherche encore les coups d’éclat.

«C’est une année compliquée pour nous, a-t-il fait savoir en entrevue au Journal de Montréal. On cherche le bon équilibre pour rendre notre voiture plus performante. C’est un long processus. Et la compétition en milieu de peloton est très intense.

«Mais au risque de me répéter, j’ai confiance en cette équipe. La saison est encore jeune. On a encore le temps de progresser.»

Souvenirs de jeunesse

Stroll avait prévu le coup. Il s’était préparé la veille en chaussant les patins avec un groupe d’amis.

«Je n’ai pas l’occasion de jouer fréquemment ni de suivre les activités du Canadien sur une base régulière en raison du décalage horaire et parce que j’habite à Londres, a-t-il souligné. Mais je suis un amateur de hockey.»

Dans sa jeunesse, le pilote de 20 ans, né à Montréal, a joué au hockey. Dans des circuits organisés aux niveaux novice et pee-wee comme gardien.

«Mais j’ai dû faire un choix à un moment donné», a-t-il ajouté.

Stroll est un athlète qui excelle dans tous les sports. Le hockey, comme le ski, ne fait pas exception.

Il s’est montré à l’aise sur la surface glacée. Il s’est même permis de déjouer le gardien Michael McNiven lors d’une séance de tirs de barrage.

Victor Mete, Matthew Peca, tous deux amateurs de F1, et Xavier Ouellet ont aussi accompagné Stroll sur la surface glacée.