Les Partants

Kean est prêt à fermer le dossier Carman

Publié | Mis à jour

Le boxeur trifluvien Simon Kean admet que son futur adversaire, Dillon Carman, lui a «joué dans la tête», mais qu’il a travaillé comme jamais afin d’être prêt pour ce combat-revanche qui aura lieu le 15 juin à Shawinigan.

«J'ai vraiment travaillé fort, plus que je ne l'ai jamais fait dans ma vie», a indiqué le poids lourd de 30 ans, mercredi, en entrevue à l’émission «les Partants».

«On est dans la semaine du Grand Prix: je suis calibré comme une F1!», a-t-il également mentionné en souriant.

Le colosse a vécu une expérience très difficile, l’automne dernier, lorsqu’il a été mis K.-O. par son rival ontarien. Kean n’avait jamais été malmené de la sorte auparavant. Il admet également que mentalement, il n’était «pas là».

«Je me suis laissé convaincre que le combat allait être facile», a-t-il mentionné au sujet du choc du 6 octobre dernier à Québec.

«C'est sûr que ça m'a surpris, ça a changé, surtout au point de vue psychologique, je me suis remis en question, a-t-il raconté. J'ai eu besoin de me ressourcer, de me concentrer.»

Il a aussi admis que Carman l’avait perturbé un brin lors d’une entrevue-débat organisée à «Dave Morissette en direct», il y a quelques semaines. Le boxeur ontarien avait affirmé que Kean était très prévisible dans le ring et que son style n’avait jamais progressé au fil des années.

«Après cette entrevue-là, oui, il m'a joué dans la tête, je suis resté "focus" durant tout le camp d'entraînement, donc il m'a joué dans la tête en masse, a-t-il souligné. Je l'ai refermée, ma défensive. Il n'avait pas tort que j'avais une défensive un peu poreuse, que je laissais passer des coups. Que je n'ai pas  changé depuis le temps, là il est complètement dans l'erreur. J'ai eu une mauvaise performance contre lui et je le remercie de me donner une revanche.»

Des plans au-delà de Carman

S’il est concentré à 100 % sur son combat contre Carman, Kean a néanmoins une certaine idée de ce qui l’attend pas la suite.

«On va laisser passer l'été et après on va avoir de quoi à l'automne, a-t-il affirmé. Peut-être un combat transitoire pour me faire connaître au point de vue international, contre un Américain ou une personne assez connue pour me permettre de me mettre au monde.»

En attendant, le Trifluvien s’en promet pour le combat du 15 juin. Il assure que son public verra un «boxeur plus intelligent, moins émotif», qui est «dans une condition incroyable».

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.