Canadiens

Le CH n'a «pas le choix» d'aller chercher Erik Karlsson

Publié | Mis à jour

Dix-sept jours. Voilà le compte à rebours que surveillent les équipes souhaitant courtiser des joueurs autonomes sans compensation en devenir, liste dont fait partie Erik Karlsson.

C’est effectivement le 23 juin que s’amorcera la période d’entrevues entre les directeurs généraux des 31 formations et le camp des joueurs dont les ententes viennent à échéance le 1er juillet. Bien entendu, ils ne pourront pas faire d’offre formelle auxdits joueurs, seulement discuter avec eux.

Pour Louis Jean, analyste de hockey à TVA Sports, c’est sans équivoque : les Canadiens de Montréal doivent exprimer leur intérêt à Karlsson.

«Il n’y a aucun doute qu’il y aura beaucoup d’équipes qui appelleront. Qu’ils aient une chance ou non, j’espère que les Canadiens vont tout tenter pour aller chercher un gars comme ça», a-t-il indiqué aux «Partants», jeudi matin.

«Lorsqu’il est complètement en santé, qui est meilleur que lui à la ligne bleue? C’est un joueur extraordinaire que les partisans adorent voir jouer.»

Montréal avant Ottawa

Rappelons qu’en début de semaine, citant des sources proches du Suédois, le journaliste du quotidien «Ottawa Sun» Don Brennan soutenait que Montréal et Ottawa sont les deux destinations où il espérait recevoir une offre le 1er juillet. Notamment parce que son épouse ottavienne souhaite se rapprocher de sa famille.

Or Louis Jean ne voit pas comment Karlsson pourrait effectuer un retour dans la capitale fédérale.

«Je ne vois pas comment ça peut fonctionner à Ottawa, où on a amorcé un virage jeunesse. Je pense qu’il veut gagner. Ultimement, il veut gagner maintenant.»

En ce qui est de Montréal, sans contredire les propos de son collègue Renaud Lavoie la veille, Louis Jean s’est montré un brin plus optimiste.

«Je sais que c’est à peu près impossible que ça se concrétise, a-t-il prévenu. Il y a probablement beaucoup d’équipes plus prêtes à gagner que les Canadiens. Mais en même temps, je me dis qu’on bâtit autour de Carey Price et Shea Weber...»

«S’il est disponible, tu n’as pas le choix de tout tenter pour aller le chercher.»

Pendant que la machine à rumeurs s’emballe, les experts et gérants d’estrade, eux, rappellent que le CH mise déjà sur deux arrières droitiers en Weber et Jeff Petry, qu’il n’y a pas de place pour Karlsson. Pour notre analyste, c’est un non-sens.

«Ceux qui disent droitier-gaucher... je m’en fous. Tu fais de la place pour lui. Regardez John Tavares l’an passé à Toronto. Ils lui ont trouvé une place.»

Écoutez les commentaires de Louis Jean dans la vidéo, ci-dessus.