SPO-FINALE-MIDGET-AAA

Crédit : PIER-YVES CHARBONNEAU VALADE / AGENCE QMI

LHJMQ

Goyens emballé de diriger le Drakkar

Publié | Mis à jour

Après 10 ans à diriger les Lions du Lac Saint-Louis, Jon Goyens était prêt à faire le saut derrière un banc de la LHJMQ. L’entraîneur de 41 ans a officiellement été nommé à la barre du Drakkar de Baie-Comeau, jeudi, en marge des assises qui se tiennent à Québec.

La nouvelle avait été ébruitée en début de semaine, mais l’organisation du Drakkar a attendu jusqu’au lancement des activités du repêchage annuel pour annoncer le successeur de Martin Bernard, dont le contrat n’a pas été renouvelé à la suite de l’élimination hâtive des Nord-Côtiers au premier tour.

À lire également: Drouin finira par trouver sa constance

«Les gens pensent que j’étais très confortable à Montréal et que c’était la raison pour laquelle je restais dans le midget AAA. Or, quand le timing arrive comme aujourd’hui, tu ne peux pas passer à côté. C’est une opportunité d’amorcer un nouveau défi et de me pousser à l’extérieur de ma zone de confort. Je suis très content», a souligné Goyens qui a paraphé une entente de deux ans assortie d’une année d’option.

Un gagnant

La feuille de route du natif de L’Île-Bizard est particulièrement éloquente. Il a mené les Lions à deux titres éliminatoires du midget AAA (2011 et 2016) en plus de décrocher le bronze à ses deux participations à la Coupe Telus, le championnat canadien midget.

Au fil des ans, Goyens a reçu quelques offres pour graduer au niveau junior. Pour l’heure, sa conjointe et son petit garçon demeureront dans la région de Montréal.

«Depuis 2011, j’avais eu une couple d’offres pour joindre la ligue. Il y a des circonstances familiales qui ont faites que je reste chez moi. Je n’ai pas de regrets. Ça m’a laissé du temps pour prendre plus d’expérience comme entraîneur-chef. Et avec toutes mes autres expériences, comme le fait d’entrainer des pros durant l’été, ça m’a bien préparé et je suis un meilleur coach que je l’étais en 2011», a-t-il assuré assis dans un hôtel de la Vieille Capitale.

À Baie-Comeau, il retrouvera un visage familier alors qu’il a dirigé le capitaine Gabriel Fortier lors de la fameuse année du triomphe en séries. La vision de l’homme de hockey a charmé le directeur général Steve Ahern, qui a notamment conversé avec le pilote du Crunch de Syracuse, Benoît Groulx, pour s’informer du candidat. C’est Ahern lui-même qui est entré en contact avec son nouvel entraîneur malgré la trentaine de C.V. reçus.

«Dans le hockey, ce n’est pas de l’amitié que ça prend, ça prend des gars pour vouloir gagner, des passionnés et c’est pour ça qu’on a pris cette décision avec Jon. Je ne suis pas là pour engager des amis, sinon, j’aurais engagé mon prof de français qui est vraiment bon!» a badiné Ahern, coiffé aussi du titre de directeur adjoint dans une école secondaire.