Boxe

Les proches d’Adonis Stevenson se tiraillent pour ses millions

Le Journal de Montréal / Michael Nguyen

Publié | Mis à jour

Les proches du boxeur Adonis Stevenson ont commencé à s’entredéchirer devant la cour pour obtenir le contrôle des finances du boxeur, qui a subi un traumatisme crânien lors de son dernier combat et qui est depuis considéré comme inapte.

Selon nos sources, les actifs du boxeur valent une dizaine de millions de dollars.

«Le patrimoine de M. Stevenson est à risque d’exploitation financière, de vol ou de détournement», affirmaient sans détour les avocats de Simone God, la conjointe de Stevenson, en décembre.

Le 1er décembre, l’athlète de 41 ans s’était fait passer le K.-O. par l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk au Centre Vidéotron de Québec lors d’un combat de championnat du monde des mi-lourds de la WBC.

Il avait subi un traumatisme craniocérébral grave qui avait forcé les médecins à le plonger dans un coma artificiel.

«Totalement inapte»

Mais si la situation s’est depuis améliorée, Stevenson a encore beaucoup de chemin à faire.

«Une physiatre a conclu que [Stevenson] est totalement inapte quant à l’administration de ses biens », peut-on lire dans un document de cour obtenu par Le Journal.

Rapidement, la conjointe du boxeur a fait des démarches auprès du tribunal afin d’être nommée administratrice provisoire de ses biens, le temps qu’il prenne du mieux.

Cela inclut « plusieurs propriétés immobilières » et l’entreprise de vêtements AS-Fur. La valeur de ces biens n’est toutefois pas mentionnée dans le dossier de cour.

Pour Mme God, il était urgent d’être nommée administratrice, étant donné que des employés devaient être payés et que Stevenson doit également s’acquitter d’autres frais récurrents.

«Dans les deux dernières années, Mme God a été activement impliquée dans les affaires de M. Stevenson», soutenait-elle dans sa demande.

Mère mécontente

Le juge a donné raison à la conjointe de Stevenson le 12 décembre. Mais les choses se sont depuis compliquées.

La mère de l’ancien champion du monde a eu vent des procédures judiciaires et cherche maintenant à tout faire annuler. Dans sa requête au tribunal, Claudette Adonis n’hésite pas à contester que Mme God ait été impliquée dans les affaires financières de son fils.

Elle remet aussi en cause le fait que sa belle-fille ait passé beaucoup de temps à l’hôpital avec Stevenson.

«Elle a des raisons de douter de l’honnêteté [de Mme God] et, donc, de son administration diligente et dans les limites imposées par la loi», peut-on lire dans la requête.

Un cabinet d’avocats s’en mêle

Mme Adonis réclame une reddition de compte, mais aussi de changer les administrateurs. Elle veut que ce soit elle et Daniel Nelson qui, selon elle, « était jusqu’à tout récemment la personne qui s’occupait des affaires d’Adonis Stevenson ».

Pour compliquer l’affaire, un cabinet d’avocats s’est également pointé dans le dossier, en prétendant avoir une procuration du boxeur afin de le représenter. Le document, daté d’avril, est contesté par la conjointe de Stevenson puisqu’il était alors médicalement inapte.

Une audience à ce sujet doit avoir lieu demain en Cour supérieure du Québec.