Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Les Bruins ont su gagner malgré les blessures

Les Bruins ont su gagner malgré les blessures

Félix Séguin

Publié 05 juin
Mis à jour 05 juin

Il y a plusieurs éclopés chez les Bruins de Boston.

Matt Grzelcyk a été sévèrement blessé à la suite d’une mise en échec d’Oscar Sundqvist dans le match no. 2 contre les Blues de St. Louis.

Pour sa part, Zdeno Chara a reçu une rondelle au visage dans la quatrième rencontre de la série finale.

De plus, il est évident que Patrice Bergeron et David Pastrnak jouent malgré une ou des blessures.

Cependant, ce n’est pas la première fois cette saison que les Bruins doivent composer avec des joueurs importants qui sont blessés.

Zdeno Chara s’est absenté du 16 novembre au 23 décembre. Au total, le capitaine des Bruins a raté 19 matchs. Lors de son absence, les Bruins ont conservé une fiche de 10-7-2.

Patrice Bergeron a été blessé au même moment que Chara. Le Québécois a été tenu à l’écart entre le 17 novembre et le 20 décembre soit une absence de 16 matchs. L’équipe a présenté un dossier de 9-6-1.

Pour sa part, Charlie McAvoy n’a pu jouer en raison d’une blessure à deux occasions. La première fois, c’était entre le 20 octobre et le 4 décembre. Il a raté 20 parties. La deuxième fois, McAvoy s’est absenté 7 parties entre le 27 décembre et le 10 janvier. Au total, les Bruins ont gardé une fiche de 15-9-3 sans McAvoy dans la formation.

Et il y a aussi David Pastrnak. À la fin de la saison régulière, soit du 12 février au 16 mars, le joueur tchèque a été blessé pour un total de 16 parties. Les Bruins ont gagné 12 matchs en son absence (12-3-1). La troupe de Bruce Cassidy a surtout été en mesure de marquer en moyenne 3,31 buts sans Pastrnak.

Il faut aussi noter que Torey Krug (18 matchs) et Jake DeBrusk (14 matchs) ont également été tenus à l’écart du jeu en raison de blessures.

Bref, les Bruins se retrouvent en territoire connu. Le défi sera toutefois grand en cette finale de la Coupe Stanley face aux Blues qui les frappent continuellement.