Crédit : STEVE MADDEN/AGENCE QMI

F1

Des installations qui enchantent

Publié | Mis à jour

Les employés et les mécaniciens des écuries de Formule 1 ne le disaient pas sur la place publique dans le passé, mais ils souhaitaient des améliorations importantes aux garages du circuit Gilles-Villeneuve. C’est donc avec un large sourire qu’ils ont pris possession des nouvelles installations, mercredi.

Comme le veut la tradition, les membres des équipes s’affairaient dans les garages lors du passage du Journal de Montréal. Ils ont commencé l’assemblage des monoplaces et cette opération sera complétée jeudi.

Par contre, ils l’ont fait derrière de grands panneaux afin de les protéger des regards curieux. Difficile de connaître les étapes de montage dans ces conditions.

On a croisé quelques mécaniciens et ils avaient tous de bons mots au sujet des nouveaux garages.

«C’est 100 % mieux que l’an dernier, a indiqué un employé de l’écurie Racing Point en continuant de faire une de ses nombreuses tâches. On est très heureux des améliorations qui ont été apportées. Il ne manque absolument rien.»

Pas les plus beaux

Quelques minutes plus tard, un mécanicien de Renault a louangé les installations qui ont été complétées la semaine dernière.

«C’est très positif, a-t-il souligné. On y voit une grande différence par rapport aux dernières années.»

Est-ce que les nouveaux paddocks peuvent être considérés parmi les plus beaux de la F1?

«Non, je ne crois pas, même si les améliorations sont très intéressantes, a ajouté le mécano de Renault. Ceux d’Abou Dhabi, Bahrein et d’Azerbaïdjan sont supérieurs, mais il faut préciser que les budgets consacrés à leur construction n’étaient pas les mêmes.»

Les installations d’Abou Dhabi ont été construites au coût de 1,3 milliard $ en 2009. De la pure démesure comme on en voit sur une base régulière à cet endroit de la planète.

C’est plus que le coût du AT&T Stadium, (1,2 milliard $), domicile des Cowboys de Dallas. Ça veut tout dire.

Toujours spécial

C’est le premier Grand Prix de Lawrence Stroll en sol montréalais à titre de propriétaire d’une écurie de F1. Malgré cette occasion spéciale, l’ambiance demeure la même au sein de l’écurie Racing Point.

«C’est la même chose que d’habitude, a répondu le mécanicien au sujet de son patron. Pour nous, la course de Montréal est toujours spéciale. Ça ne change rien.»

La présence des Stroll, père et fils, ajoute une fébrilité à l’épreuve de cette année au sein de Racing Point. Maintenant, il faut lui souhaiter d’obtenir de bons résultats en fin de semaine. Ça lui ferait le plus grand bien.

Pilotes en demande

Pendant que les écuries s’affairaient à amorcer le montage des bolides, les employés d’Octane management peaufinaient les derniers détails dans les paddocks. Tout sera prêt pour les portes ouvertes qui ont lieu jeudi.

Pour leur part, les pilotes ont fait quelques activités de promotion aux quatre coins de Montréal.

L’écurie Ferrari a organisé une conférence de presse avec un commanditaire en compagnie du pilote Charles Leclerc. Le Québécois Lance Stroll, lui, a pris part à une activité en compagnie de trois joueurs du Canadien.

C’est parti et ça n’arrêtera que dimanche soir.