Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: un duel Nadal-Federer dans le carré d'as

Agence France-Presse

Publié | Mis à jour

L'Espagnol Rafael Nadal (2e mondial) s'est facilement qualifié mardi pour les demi-finales de Roland-Garros en disposant du Japonais Kei Nishikori (7e), diminué physiquement, 6-1, 6-1, 6-3 en 1h51 de jeu.

En quête de son 12e titre sur la terre battue parisienne, Nadal jouera sa 12e demie vendredi, contre Roger Federer (3e).

«Je suis très satisfait, je ressens beaucoup d'émotion et retourner en demi-finales est très important pour moi», a déclaré Nadal avant de quitter le court Philippe-Chatrier.

La rencontre a été interrompue une heure en raison d'un orage, alors que l'Espagnol de 33 ans menait 4-2 dans le troisième set après avoir survolé les deux premières manches.

Nishikori a fait venir à plusieurs reprises le kiné sur le court pour se faire masser le bras droit, visiblement douloureux. L'interruption ne lui a pas sauvé la mise puisque dix minutes ont suffi à Nadal pour marquer les deux jeux nécessaires à la qualification.

Federer bat Wawrinka

Roger Federer, de retour à Roland-Garros pour la première fois depuis 2015, s'est offert une demi-finale de rêve contre Rafael Nadal en venant à bout de son compatriote Stan Wawrinka, ex-N.3 mondial aujourd'hui 28e, en quatre sets 7-6 (4), 4-6, 7-6 (5), 6-4 en un peu plus de trois heures et demie mardi.

Le Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem défiera vendredi le maître des lieux, onze fois vainqueur du tournoi parisien, tombeur quelques minutes plus tôt du Japonais Kei Nishikori.

«Quel plaisir avec le choix de revenir à Roland, s'est réjoui Federer. Si je suis revenu sur terre, c'est aussi peut-être pour jouer "Rafa", j'ai le match, c'est sympa.»

À deux mois de fêter ses 38 ans, Federer devient le demi-finaliste le plus âgé à Roland-Garros depuis plus d'un demi-siècle (51 ans exactement, Gonzales en 1968). Il devient aussi le demi-finaliste le plus âgé en Grand Chelem depuis 28 ans (Connors aux Internationaux des États-Unis en 1991).

Sur le court Suzanne-Lenglen mardi, l'ex-N.1 mondial aujourd'hui N.3 a eu beaucoup de mal à s'emparer du service de Wawrinka. Mais les deux balles de bris - sur 18 obtenues - qu'il a converties ont été précieuses. La première, après 2h10 min de jeu, lui a permis de revenir à hauteur dans le troisième set (à 4-4), qu'il a fini par remporter au jeu décisif. La seconde, à 4-4 dans la quatrième manche, après une interruption d'un peu plus d'une heure due à l'orage, lui a permis de servir pour le gain de la rencontre.

Avant cela, Wawrinka lui avait chipé son premier set de la quinzaine, lui qui n'en avait pas laissé échapper le moindre au cours de ses quatre premiers matches.

Le champion suisse était absent des trois précédentes éditions de la levée parisienne du Grand Chelem. En 2016, il avait joué deux tournois sur ocre, mais son dos douloureux l'avait contraint à renoncer à Roland-Garros. Les deux années suivantes, il avait délibérément évité l'ensemble de la saison sur terre battue pour se ménager en vue de Wimbledon. Lui qui, avant la saison 2019, n'avait plus foulé la surface depuis mai 2016, y a remis les pieds au début du mois, à Madrid puis à Rome (deux quarts de finale).

Federer s'est qualifié pour sa huitième demi-finale à Roland-Garros, pour la 44e en Grand Chelem de sa longue et fructueuse carrière.