Séries LNH 2019

Les Blues gardent leur calme malgré la défaite

Publié | Mis à jour

Les Blues de St. Louis ont la mémoire courte, une stratégie fort utile en finale de la Coupe Stanley. Pour les Craig Berube, Vladimir Tarasenko, Brayden Schenn et Jaden Schwartz, la défaite de 7 à 2 lors du troisième match face aux Bruins de Boston représente déjà une histoire ancienne.

«Le match est terminé depuis samedi soir, a rappelé Tarasenko dans la salle réservée aux médias, dimanche matin, au Entreprise Center. Nous aurions aimé remporter cette rencontre. Je sais que nos partisans sont probablement déçus, mais nous le sommes tout autant. Nous devons effacer ça de nos esprits et nous concentrer sur la prochaine rencontre.»

«Le quatrième match sera déterminant, a poursuivi le numéro 91 des Blues. Nous aurons la chance de rebondir et de créer l’égalité 2 à 2 dans la série. Nous pensons uniquement à cela, en ce moment.»

«C’est notre travail de nous regrouper et de nous reconcentrer sur la prochaine rencontre, a renchéri Schenn. La motivation sera très facile à trouver.»

Les Blues n’ont jamais tremblé face aux Jets de Winnipeg, aux Stars de Dallas et aux Sharks de San Jose. Après le but controversé d’Erik Karlsson en prolongation à la suite d’une passe avec la main de Timo Meier dans le troisième match de la finale de l’Ouest, Berube avait envoyé un message clair à ses joueurs.

Celui qu’on surnomme «Chief» à l’intérieur du vestiaire des Blues avait rappelé à ses joueurs qu’ils avaient échappé cette rencontre en raison de l’incapacité à maintenir une avance d’un but en fin de troisième période et non en raison d’une bourde des arbitres. Une équipe sans colonne vertébrale se serait facilement effondrée après un revers crève-cœur de 5 à 4 en prolongation, mais les Blues ont fait le contraire. Ils ont gagné leurs trois rencontres suivantes pour les éliminer les Sharks en six matchs.

«Oui, nous avons perdu 7 à 2, mais je n’ai pas le sentiment que le pointage final est le reflet de cette rencontre, a soutenu Berube. Ça n’affecte pas notre confiance. Nous avons toujours perdu les matchs numéro trois dans nos séries.»

Confiance en Binnington

Après une rapide vérification, Berube a fait une petite erreur. Les Blues ont subi des revers lors des matchs numéro trois face aux Jets, aux Sharks et aux Bruins, mais ils avaient triomphé des Stars. Peu importe la statistique, on comprend ce qu’il a cherché à expliquer.

Questionné sur son choix de gardien pour la quatrième rencontre de cette finale, Berube a rapidement tué une controverse qui ne méritait pas d’exister.

«Mon niveau de confiance est grand envers lui (Jordan Binnington), il a toujours bien rebondi et il obtiendra le départ», a-t-il dit.

Retour de Sundqvist

Les Blues auront du renfort pour ce deuxième match à St. Louis. Suspendu pour une rencontre pour son coup à la tête contre le défenseur Matt Grzelcyk, Oskar Sundqvist retrouvera sa place au sein de la formation.

«C’était difficile de regarder le dernier match des gradins, a affirmé le Suédois. J’aurais voulu être sur la glace avec mes coéquipiers. La soirée a été interminable. Je suis heureux à l’idée de revenir au jeu.»

Avec le retour de Sundqvist, Berube devra retrancher un attaquant. L’entraîneur en chef des Blues a eu de bons mots pour l’ailier Zach Sanford, l’un des rares bons joueurs des locaux dans cette troisième rencontre. Si Sanford garde sa place, Robby Fabbri est susceptible de sauter son tour.

Sur le plan défensif, Sundqvist devrait donner un précieux coup de main aux siens en infériorité numérique. Les Blues ont connu une rencontre désastreuse en accordant quatre buts en seulement quatre occasions aux Bruins. Depuis le début des séries, Sundqvist est le troisième attaquant le plus utilisé par Berube en désavantage numérique après Ryan O’Reilly et Alex Steen.

Robert Thomas et Vince Dunn ont participé à un entraînement optionnel. Les deux jeunes joueurs pourraient revenir au jeu prochainement.