Facebook

Soccer

Soccer : une jeune Québécoise en demande

Publié | Mis à jour

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la jeune Léonie Portelance a eu l’embarras du choix quand est venu le temps de choisir l’université où elle voulait poursuivre sa carrière. En effet, la joueuse de soccer de 17 ans a été approchée par pas moins de 61 institutions américaines.

L’attaquante a jeté son dévolu sur l’Université West Virginia, qui se classe régulièrement dans le top 10 des programmes les plus performants au soccer féminin.

«Je suis tombée sous le charme de l’endroit», a expliqué Portelance lors d’un entretien téléphonique.

Même si la native de Brossard attire les regards depuis de nombreuses années par ses performances sur les terrains de soccer, elle ne s’attendait jamais à susciter autant d’attention.

«C’est beaucoup d’universités et je ne crois pas que j’aurais eu autant d’offres si je n’avais pas fait affaire avec Sports Ambitions.»

Sports Ambitions, c’est une agence de placement universitaire pour les athlètes de haut niveau, qui est en contact avec plus de 400 entraîneurs de la NCAA.

«Ils s’assurent d’envoyer mon C.V. sportif à de nombreuses institutions scolaires afin qu’elles puissent me découvrir, a indiqué Portelance. Ils gèrent également le processus qui suit une offre, ce qui est bien pour les jeunes athlètes. Personnellement, je n’ai pas d’expérience là-dedans et j’ai réellement apprécié d’être épaulée.»

Sur la scène internationale

En plus d’obtenir de l’aide de l’agence québécoise, Portelance a bénéficié d’une belle vitrine sur la scène internationale, puisqu’elle a représenté le Canada lors de la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans, tenue en Uruguay à l’été 2018.

«J’avais déjà reçu plusieurs offres [avant la Coupe du monde], mais c’est sûr que ma présence là-bas a fait en sorte que plusieurs autres universités m’ont approchée par la suite.»

«C’était ma première expérience internationale et j’ai vraiment aimé ça. J’ai eu beaucoup de temps de jeu, contrairement à ce que je pensais. Il y avait des filles plus expérimentées que moi dans l’équipe, mais finalement, j’ai mérité mon temps de jeu.»

En attendant de faire le saut aux États-Unis, Portelance évoluera chez les semi-professionnelles cet été. Elle sera la plus jeune joueuse de la formation lavalloise CS Monteuil.