Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: Naomi Osaka et Serena Williams chutent dès le 3e tour

Publié | Mis à jour

La no.1 mondiale Naomi Osaka, victorieuse des deux derniers tournois du Grand Chelem, a été éliminée dès le troisième tour de Roland-Garros par la Tchèque Katerina Siniakova (42e) en deux manches de 6-4, 6-2 samedi.

Lauréate des Internationaux des États-Unis en 2018 et des Internationaux d'Australie en 2019, Osaka ne deviendra pas la toute première joueuse de l'histoire à remporter d'affilée trois premiers trophées en Grand Chelem. La Japonaise de 21 ans est toutefois assurée de conserver la place de no.1 mondiale à l'issue de la quinzaine parisienne.

Osaka avait déjà sérieusement souffert lors de ses deux premiers matchs : au premier tour, elle était passée à deux points de l'élimination face à la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova (90e), puis au deuxième, elle avait accusé un set et un bris de retard contre la Bélarusse Victoria Azarenka, ex-no.1 mondiale.

Sur le court Central samedi, la joueuse nipponne a commis trop de fautes directes, 38 précisément, pour espérer s'en sortir.

Osaka n'a encore jamais franchi le cap de la première semaine à Roland-Garros. Le potentiel quart de finale entre elle et Serena Williams n'aura donc pas lieu.

Siniakova, 42e joueuse mondiale, atteint elle son premier huitième de finale en Grand Chelem. Pour une place en quarts de finale, la Tchèque de 23 ans affrontera l'Américaine Madison Keys.

«C'est incroyable, je n'arrive pas à y croire, je suis tellement contente», s'est-elle réjouie.

Exit Williams

Serena Williams, en quête d'une 24e couronne historique en Grand Chelem, a été éliminée dès le troisième tour de Roland-Garros par une autre Américaine, Sofia Kenin (35e), en deux sets 6-2, 7-5 samedi.

À 37 ans passés, la championne américaine voit s'évanouir une fois de plus son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem établi par l'Australienne Margaret Court dans les années 1960-1970. Revenue de maternité en mars 2018, elle a trébuché deux fois sur la dernière marche, à Wimbledon (contre Kerber) puis aux Internationaux des États-Unis (contre Osaka), l'année dernière. Puis, elle a craqué en quarts de finale des Internationaux d'Australie en janvier.

Zverev a eu chaud

L'Allemand Alexander Zverev, no.5 mondial, s'est fait peur samedi mais a rejoint les huitièmes de finale de Roland-Garros, après sa victoire en cinq sets devant le Serbe Dusan Lajovic (35e) en un tout petit peu plus de trois heures.

Comme au premier tour contre l'Australien John Millman, l'Allemand de 22 ans, quart-de-finaliste l'an dernier à Paris, a eu besoin de cinq sets pour s'imposer 6-4, 6-2, 4-6, 1-6, 6-2 contre son adversaire finaliste de Monte-Carlo.

Il visera lundi en huitième de finale un premier succès cette saison contre un membre du top 20, car c'est le 12e mondial, l'Italien Fabio Fognini, qui croisera sa route.

Celui-ci, vainqueur à Monte-Carlo du plus grand titre de sa carrière avec justement au passage une victoire sur Zverev, s'est qualifié dans le même temps aux dépens de l'Espagnol Roberto Bautista Agut (21e), 7-6 (7/5), 6-4, 4-6, 6-1.

«Ça va être un autre match», a toutefois prévenu l'Italien quant à son futur adversaire. «On s'est affronté à Monte Carlo, moi j'avais bien joué, pas lui. Mais ça va être très dur».

Tsitsipas évite un 5e set

Le jeune Grec Stefanos Tsitsipas, N.6 mondial et un des principaux négligés pour le titre, a écarté une balle de cinquième set avant de se qualifier pour la première fois pour les huitièmes de finale de Roland-Garros aux dépens du Serbe Filip Krajinovic (60e) 7-5, 6-3, 6-7 (5-7), 7-6 (8-6) samedi.

Le match avait été interrompu par l'obscurité la veille, alors que Tsitsipas menait deux sets à zéro et que les deux joueurs étaient à égalité 5 jeux partout dans la troisième manche.

Sous un chaud soleil samedi à la mi-journée, le jeune Grec (20 ans) a évité de justesse d'être embarqué dans un cinquième set. Deux fois, Krajinovic a compté un break d'avance dans la quatrième manche. Surtout, le Serbe s'est procuré une balle d'égalisation à deux sets partout dans le jeu décisif, à 6 points à 5.

Pour une place en quarts de finale, Tsitsipas affrontera le Suisse Stan Wawrinka ou le Bulgare Grigor Dimitrov.

«C'est très piégeux de reprendre un match le lendemain, ça n'arrive pas si souvent, c'est très psychologique, ce n'est pas facile nerveusement, je suis content d'avoir fait le boulot», a-t-il commenté.

«Je me suis senti plus lent, moins actif aujourd'hui (samedi), je suis content d'avoir trouvé quand même le moyen de m'en sortir, ça aurait pu devenir un match dramatique s'il y avait eu un cinquième set, c'est bien aussi pour l'énergie», a-t-il complété.

Aux Internationaux d'Australie en janvier, Tsitsipas est devenu le premier joueur de son pays à atteindre le dernier carré en Grand Chelem. Il est ensuite devenu le premier Grec à se faire une place dans le top 10 mondial.

Avant cette édition 2019, son meilleur résultat sur la terre battue parisienne était un deuxième tour (en 2018).

Halep expéditive

La tenante du titre Simona Halep, N.3 mondiale, s'est qualifiée sans encombre pour les huitièmes de finale de Roland-Garros samedi, après sa victoire sur l'Ukrainienne Lesia Tsurenko (27e), 6-2, 6-1.

La Roumaine, après avoir lâché un set sur ses deux premiers tours, a cette fois fait cavalier seul pour s'imposer en moins d'une heure (55 minutes) face à une adversaire contre qui elle n'a jamais perdu en huit confrontations et qui, de plus, était diminuée physiquement. Tsurenko s'est fait manipuler longuement par le kinésiologue durant le deuxième set.

«Cela n'a pas été facile contrairement à ce que le score montre, contre une joueuse qui se bat sur tous les points», a réagi l'ex-N.1 mondiale.

Halep peut désormais profiter d'une voie royale vers les demi-finales, car elle ne croisera pas la moindre tête de série jusque là. Sa prochaine adversaire sera soit la championne olympique portoricaine Monica Puig (59e), soit la jeune Polonaise de 18 ans Iga Swiatek (104e).

Gabriela Dabrowski est sans pitié

La Canadienne Gabriela Dabrowski et sa partenaire chinoise Xu Yifan n’ont pas lésiné avec leurs rivales du jour, Han Xinyun et Wang Yafan, qu’elles ont écrasées en deux manches identiques de 6-1, samedi à Paris, dans un match de deuxième tour en double aux Internationaux de France.

Les quatrièmes têtes de série ont réalisé les cinq bris de l’affrontement qui a duré seulement 48 minutes, dominant 51-27 pour le total des points remportés. Elles se mesureront à deux adversaires locales, Fiona Ferro et Diane Parry, en troisième ronde.

Occupant le 11e rang de la spécialité, Dabrowski compte neuf titres en carrière en double féminin. Par ailleurs, l’Ontarienne évolue aussi en duo mixte, aux côtés du Croate Mate Pavic. Les deuxièmes favoris de la compétition et finalistes du tournoi en 2018 croiseront le fer avec la Roumaine Raluca Olaru et Franko Skugor, compatriote de Pavic, au deuxième tour.

Dabrowski a gagné le double mixte de Roland-Garros en compagnie de l’Indien Rohan Bopanna en 2017.