Samuel Piette

Photo : Samuel Piette Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Impact

«On a joué une première demie affreuse» - Samuel Piette

Publié | Mis à jour

Sans même entendre les propos tenus par Rémi Garde dans son point de presse d’après-match, les joueurs de l’Impact ont fait écho à ceux-ci.

«Ç’a été une première demie affreuse, c’est une honte et il ne faut pas que ça se reproduise», a insisté Samuel Piette qui quitte l’équipe pour les prochaines semaines afin de représenter le Canada à la Gold Cup.

«On n’est pas rentré dans le match comme il fallait, je pense que c’est la pire première période depuis le début de la saison», a ajouté Zakaria Diallo qui a aussi parlé de fatigue.

«J’avais les jambes lourdes, mais ce n’est pas une excuse.»

Peu de munitions

Samedi, on a retrouvé Maximiliano Urruti à l’aile gauche parce que c’est le seul joueur en santé qui était en mesure d’occuper le poste. «C’est sûr que quand on fait jouer notre attaquant à l’aile parce qu’il nous manque des joueurs à cette position, c’est difficile», a admis Samuel Piette.

Et ça n’augure pas bien pour le match de mercredi contre Seattle avec les départs internationaux. De fait, Rémi Garde a lancé un appel au renfort à peine voilé.

«On est un peu à court de ressources, on a des blessés dans le domaine offensif et les solutions sont très limitées. J’espère qu’on va en trouver.»

Piette croit malgré tout que l’adversité pourrait profiter à l’équipe contre les Sounders.

«Je sais que ça va être compliqué mercredi, on perd beaucoup de joueurs. C’est souvent dans ces moments-là, lorsqu’on a le dos au mur, qu’on réagit bien.»

Buts rapides

Orlando a inscrit ses deux premiers buts à neuf minutes d’intervalle, ce qui a pour ainsi dire coupé les jambes des locaux.

«On a donné deux mauvais buts rapidement et ça nous a affectés mentalement.

Mais on est à domicile et je ne crois pas qu’un quelconque déficit devrait nous intimider. On aurait pu être plus positif et mettre ça derrière nous plus vite.»

Zachary Brault-Guillard espère que ce revers sans appel va ouvrir les yeux de tout le monde dans le vestiaire. «On doit se remettre en question parce qu’il y a eu pas mal de défauts aujourd’hui, surtout en première.»

«Se laisser affecter par ce genre de truc dans un match à domicile, c’est inacceptable», a martelé Lovitz.