Les Partants

Marner: «un seul endroit où on ferait une offre hostile»

Publié | Mis à jour

Si la possibilité de soumettre une offre hostile à Mitch Marner est sur toutes les lèvres à Montréal, Renaud Lavoie ne voit qu’une seule équipe qui serait prête à employer cette stratégie.

«Les directeurs généraux sont [tissés serrés], a-t-il expliqué à l’émission Les Partants, vendredi. Le seul endroit où je pense qu’on ferait une offre hostile, c’est en Caroline, où le propriétaire des Hurricanes [Tom Dundon] se fout un peu de tout. Lui, je le verrais imposer à son directeur général ce genre de choses. Mais c’est le seul cowboy qui serait prêt à faire ça.»

L’expert hockey de TVA Sports a rappelé que l'un des derniers directeurs généraux à avoir emprunté l’avenue de l’offre hostile l’a regretté amèrement par la suite. En juillet 2012, Paul Holmgren avait soumis une monstrueuse offre d’une durée de 14 ans et d’une valeur de 110 millions $ au défenseur Shea Weber, mais les Predators de Nashville l’ont égalé.

«Aucun directeur général n’a voulu prendre ses appels [par la suite]. Pour le bien des Flyers, il a été obligé de se retirer», a raconté Lavoie.

Holmgren - qui avait lui-même avoué que sa relation avec ses homologues a changé - a effectivement cédé son poste de DG à Ron Hextall en mai 2014, étant réaffecté au poste de président.

Épée de Damoclès

Le journaliste est d’avis que les Maple Leafs parviendront à trouver un terrain d’entente avec leur joueur vedette, car le rapport de force favorise la formation torontoise.

«En réalité il n’a aucun pouvoir, a-t-il fait valoir. Il faut comprendre aussi que les Maple Leafs pourraient se fâcher et lui mettre une épée de Damoclès au-dessus de la tête en disant : "Si tu ne signes pas un contrat avec nous d’ici le début du repêchage, le vendredi du repêchage, on t’échange."»

«Là, tu ne contrôles aucunement ta destinée, tu peux te retrouver à un endroit où tu ne veux absolument pas jouer», a-t-il ajouté.

Optimisme

À Buffalo à l’occasion du «Combine» de la LNH, le directeur général des Maple Leafs, Kyle Dubas, a d'ailleurs dit avoir bon espoir de s’entendre avec Marner d’ici la tombée du 1er juillet.

«Je suis une personne très optimiste. C’est le souhait qui a été exprimé par les deux parties», a-t-il indiqué.

L’homme de hockey estime qu'il n'y a pas de comparaison à établir entre le dossier de Marner et celui de William Nylander, qui avait fait la grève jusqu’en décembre.

«Les discussions entre Mitch et Darren [Ferris, son agent] remontent au "Combine" l’an dernier, a-t-il mentionné. Ce sont deux dossiers différents. Mais j’ai appris de cette situation. Nous ne voulons pas laisser croire à quiconque que nous n’avons pas l’intention de trouver une entente.»