NBA

Charles Dubé-Brais a vu les Raptors de très près

Publié | Mis à jour

À 37 ans, l’entraineur adjoint des Raptors 905 dans la G-League, la ligue de développement de la NBA, Charles Dubé-Brais, a eu la chance de travailler avec les deux joueurs francophones de l’édition actuelle des Raptors de Toronto, le Camerounais Pascal Siakam et le Montréalais Chris Boucher.

«Chris a eu une saison phénoménale avec le 905, il a été le joueur le plus utile de la saison régulière et le joueur défensif de l’année [...] ç’a été une de mes tâches de m’occuper de lui, de faire le travail vidéo et le travail technique avec lui, explique le seul entraineur québécois travaillant pour une organisation de la NBA. C’est vraiment un honneur d’avoir pu travailler avec lui.»

D’après lui, Boucher récolte les fruits de son bon travail et pourrait continuer à gravir les échelons, comme Siakam l’a fait au cours des deux dernières années.

Il ne tarit également pas d'éloges pour l'ailier fort des Raptors, Pascal Siakam, alias «Spicy P». Il considère que depuis son passage dans la ligue de développement en 2017, le sympathique géant a gravi les échelons à une vitesse fulgurante. Il est d'ailleurs candidat au trophée du joueur ayant montré le plus d'amélioration dans son jeu, cette saison. «En plus, c’est un francophone avec qui j’ai une relation privilégiée, mes enfants l’apprécient et lui aussi les aime beaucoup», confie le Québécois, en entrevue à TVA Sports.

Long parcours

Le chemin pour devenir entraineur dans la deuxième meilleure ligue de basketball en Amérique du Nord a été ponctué de différentes étapes et escales pour le Torontois d’adoption.

«Je savais que si je voulais progresser dans le domaine, il faudrait probablement que je m’expatrie puis que j’aille soit aux États-Unis ou en Europe [...] donc j’ai fait le choix d’aller avec un club de bon niveau en France, le Nanterre 92, en banlieue parisienne», explique-t-il.

Après avoir remporté le titre de la première division française en 2013-2014, le trentenaire s’est fait repérer par des recruteurs des Spurs de San Antonio, qui lui ont offert l’opportunité d’aller prêter main-forte aux entraineurs au cours de la ligue d’été de la NBA. Il a ensuite agi à titre de consultant pour l’équipe pendant quelques années.

«J’ai eu des discussions avec différentes équipes de la ligue en 2017, mais ça ne s’est pas concrétisé», déplore Dubé-Brais.

Il s’est donc tourné vers la Chine et au terme de la saison 2018, les Raptors sont revenus à la charge et l’ont engagé.

L’entraineur se souvient comme si c'était hier de la première finale qu’il a suivie en 1991 et a peine à croire qu’il assiste maintenant à la première finale de l’histoire des Raptors à quelques mètres du banc de l’équipe.

«C’est vraiment quelque chose de très particulier pour moi, avec le cheminement que j’ai vécu dans les dernières années», conclut-il.

Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.