Impact

Impact: Pas d'entrainement sur le gazon naturel avant la fin juin

Publié | Mis à jour

L’Impact de Montréal devra encore s’entrainer sur du gazon synthétique pour quelque temps, puisque le terrain principal du centre Nutrilait n’est pas encore prêt pour la saison estivale.

Le centre d’entrainement a beaucoup souffert des aléas de l’hiver, au point où on a dû arracher toute la pelouse et recommencer à zéro, en posant de nouveau le recouvrement de tourbe.

«Dès qu’on a enlevé les toiles, on a vu qu’il y avait eu des dommages très importants en raison de l’hiver, mais surtout de la glace, on a tenté de préparer le terrain pour les entrainements sur le naturel, mais malheureusement [...] il n’y avait pas de régénération puisqu’on a eu un mois d’avril plutôt froid», déplore le directeur administratif des opérations soccer de l’Impact, Partick Leduc.

D’après les observations des travailleurs, la surface devient sablonneuse à l’usure et est donc impraticable pour l’instant.

Les joueurs ont hâte

Les principales victimes de la mauvaise qualité du terrain ont très hâte de retrouver le gazon naturel, puisqu’il est difficile pour les joueurs de s’entrainer sur du synthétique et de prendre part à des matchs sur une pelouse naturelle.

Le milieu de terrain Saphir Taïder ne cache pas qu’il a très hâte de retrouver le terrain d’entrainement principal, même s’il est compréhensif. «Ce n’est pas facile du tout, notamment pour les muscles et l’organisme, après on sait que le club fait son maximum pour nous mettre dans les meilleures conditions», explique-t-il.

De son côté, le Québécois Samuel Piette affirme que le fait de s’entrainer sur une surface artificielle met beaucoup de pression sur les articulations et qu’il est donc plus difficile pour lui et ses coéquipiers de soigner les petits pépins physiques que sur du gazon naturel.

L’équipe espère arriver à un résultat semblable à celui du stade Saputo le plus tôt possible, probablement d’ici la fin de la pause internationale, dans la dernière semaine du mois de juin.