Crédit : AFP

Tennis

Un tournoi à oublier pour Tennis Canada

Publié | Mis à jour

L’édition 2019 de Roland-Garros en sera une à mettre aux poubelles pour Tennis Canada. Seule joueuse toujours en vie dans le tournoi, Bianca Andreescu a annoncé en début d’après-midi qu’elle se retirait de la compétition afin de ne pas abîmer davantage son épaule droite.

Andreescu avait laissé planer le doute en matinée en se retirant de son match de double prévu mercredi en compagnie de Fanny Stollar.

Puis, à 13 h, Tennis Canada a annoncé par le biais de son compte Twitter que la jeune étoile montante se retirait officiellement et ne disputera donc pas son match de deuxième tour, jeudi, face à Sofia Kenin.

La décision à prendre

Selon son entraîneur Sylvain Bruneau, joint au téléphone en soirée mercredi, il n’y avait qu’une seule décision à prendre et c’était celle-ci. Après le match de premier tour, il avait été convenu chez le clan Andreescu qu’un suivi médical serait fait afin de s’assurer que l’épaule tenait le coup.

Les résultats n’ont toutefois pas été positifs et une lésion de grade 1 a été identifiée à l’endroit exact où il y avait eu déchirure, il y a deux mois.

«C’était unanime, autant ici qu’à Montréal. Si elle continuait, elle risquait d’aggraver sa blessure», a expliqué Bruneau.

Évidemment, même s’il s’agissait de la décision à prendre, se retirer d’un tournoi prestigieux comme Roland-Garros ne se fait pas sans peine.

«Elle est extrêmement déçue. Bianca était super contente d’enfin reprendre la compétition et surtout très excitée de jouer à Roland-Garros. Elle était émotive quand est venu le temps de prendre la décision», ajoute Bruneau.

Andreescu a d’ailleurs publié un message sur son compte Twitter pour expliquer sa décision.

«Je suis déçue d’annoncer que je déclare forfait de Roland-Garros. C’est un moment difficile pour moi, mais après avoir discuté avec mes entraîneurs, mon équipe et les médecins, c’était la décision la plus sage en raison de la douleur que j’ai ressentie durant mon match. Je vais maintenant me reposer et me préparer pour la saison sur gazon. Merci à tous pour le support, je vais revenir plus forte», a-t-elle écrit.

L’impasse sur Wimbledon?

Il est encore trop tôt pour savoir le temps que prendra cette autre période de récupération. Toutefois, de façon réaliste, le clan Andreescu n’écarte aucune possibilité.

Reconnaissant que cette autre mauvaise nouvelle chamboulera le calendrier prévu en préparation pour le tournoi de Wimbledon, Bruneau se fait prudent avant de confirmer que sa joueuse sera prête à temps pour y participer.

«Lors de sa dernière réhabilitation, on a tout fait. On a été super prudent et, malgré tout, il y a eu cette complication. Il ne faudrait pas que ça réarrive, alors il va falloir s’assurer de ne pas brûler d’étapes. Wimbledon est un tournoi important, mais si son épaule n’est pas rétablie à 100 %, on ne pourra pas y participer.»

Match marathon

Rappelons que mardi, Andreescu a probablement vécu le pire scénario possible pour un retour au jeu, alors que son match contre Marie Bouzkova s’est transformé en véritable marathon qui s’est étalé sur deux jours en raison de la pénombre.

Elle l’avait finalement emporté en trois manches et après plus de trois heures de jeu combinées.

«Les français l'ont adopté»

Le vice-président au développement de l’élite chez Tennis Canada, Louis Borfiga, le savait déjà, mais les derniers jours passés en France le lui ont confirmé : la popularité de Félix Auger-Aliassime chez nos cousins français est «inimaginable».

Ce n’était pas tout à fait un secret, il faut l’avouer, après tout ce qui a été écrit sur la jeune raquette de L’Ancienne-Lorette récemment. Mais, quand même.

«Sa popularité est inimaginable et s’explique par sa personnalité. C’est un garçon très charismatique et attachant et les Français l’ont adopté. Tout le monde parle de lui ici et plusieurs gens voulaient le voir jouer parce qu’il est spectaculaire. Je pense que les gens sont aussi déçus de son forfait que Guillaume [Marx, son entraîneur] et moi.»

Pour Borfiga, d’ailleurs, il n’y a pas eu de mauvaise gestion dans le calendrier d’Auger-Aliassime avant Roland-Garros. De jouer le tournoi de Lyon, une semaine avant, ne comportait pas un danger immense. Il s’agit, selon lui, d’une simple malchance.

«C’est sûr que c’est un peu décevant qu’il n’ait pu jouer parce qu’on attendait beaucoup de lui, mais d’un autre côté il n’y a rien de grave dans son cas. Il a fait la finale à Lyon, donc c’est signe qu’il a encore le niveau», a ajouté Borfiga, qui a souvent mentionné avoir la conviction qu’Auger-Aliassime remportera Roland-Garros un jour.

Vivement le gazon pour Shapo

Dans le cas de Denis Shapovalov, le Français d’origine croit que la fin de la saison sur terre battue sera une bonne chose pour lui. Il a connu toutes sortes de difficultés sur cette surface en 2019, maintenant une fiche de 2-6. Il s’est d’ailleurs désisté du double, mercredi, afin de se reposer pour le début de la saison sur gazon.

La raison donnée était des raideurs à l’épaule, mais gageons que le jeune torontois de 20 ans avait hâte de quitter la terre battue et de se concentrer sur le gazon.

«Denis, on sent qu’il manque de confiance. Il aurait pu gagner son match. Mais, maintenant, il va aller sur gazon et ça va bien aller. Ça n’a pas été facile pour lui cette année et ça va être une bonne chose pour sa tête de changer d’air un peu», mentionne Borfiga.

De Roland-Garros aux bancs d'école

La jeune Française de 16 ans Diane Parry se souviendra assurément longtemps de son premier Roland-Garros.

Même si son parcours a pris fin mercredi avec une défaite en deux manches face à Elise Mertens, la jeune raquette pourra tout de même se vanter d’avoir gagné un match des Internationaux de Paris à l’âge de 16 ans, elle qui avait défait Vera Lapko au premier tour. Maintenant, après l’euphorie d’un Grand Chelem place... aux examens de fin de 11e année!

«Je joue plus de tournois professionnels donc ça devient difficile pour moi. J’essaie de bien gérer ça, d’étudier efficacement et sérieusement», a-t-elle assuré.

Mahut, comme un vieux bordeaux

À 37 ans, Nicolas Mahut se donne des allures de bon vin! Grâce à une victoire contre Philippe Kohlschreiber, mercredi, le Français a égalé son meilleur résultat à Roland-Garros.

«C’est la magie des Internationaux de France. Les joueurs français peuvent y donner leur maximum. Quand j’étais jeune, je regardais les joueurs français à la télé et je les voyais faire des choses incroyables. Ça n’a jamais été mon cas et je me disais qu’après vingt ans, je n’avais jamais été en mesure de le faire. Cette année, ça arrive et j’en suis très fier.»

La retraite pour Safarova

Lucie Safarova a disputé son dernier match en carrière, un match de double avec Dominika Cibulkova, avant d’officialiser sa retraite.

Âgée de 32 ans, celle qui partage sa vie avec l’ancien du Canadien Tomas Plekanec, termine sa carrière avec sept titres en simple et quinze en double. Elle a d’ailleurs occupé le premier rang mondial de la WTA en 2015.

«J’ai eu de très bons résultats sur de superbes terrains, j’ai joué devant des foules incroyables. Ce fut génial, mais c’est assez. J’ai maintenant hâte de commencer un nouveau chapitre de ma vie», a-t-elle laissé tomber en conférence de presse.