2019 NHL Stanley Cup Final - Media Day

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

Backes et Pietrangelo: d'amis à ennemis

Publié | Mis à jour

David Backes a porté le «C» de capitaine des Blues de St. Louis pendant cinq saisons, de 2011-2012 à 2015-2016. À son départ du Missouri, l’attaquant a remis le flambeau à Alex Pietrangelo.

Trois ans plus tard, Backes et Pietrangelo se retrouvent en finale de la Coupe Stanley, mais dans des uniformes différents.

«Je ne peux pas dire que c’est surréel comme situation puisque ça fait maintenant quelques années que David a quitté les Blues, a dit Pietrangelo. Au cours des trois dernières saisons, nous nous sommes affrontés à quelques reprises et nous avons eu le temps de nous habituer à cette réalité.»

«David restera toujours un très bon ami, mais nous avons chacun un travail à accomplir au cours des prochains jours, a poursuivi le défenseur des Blues. Comme moi, il veut gagner la Coupe Stanley. Un seul de nous deux sera heureux à la fin de cette finale.»

En séries, les amitiés restent sur la glace. Backes en a eu la preuve lors du premier match en se chamaillant avec son ancien coéquipier Joel Edmundson et en recevant un bon coup de coude du gardien recrue Jordan Binnington.

Ingrédient clé

Si Backes a maintenant un rôle limité avec les Bruins, malgré un généreux contrat de 6 millions $ jusqu’à la fin de la saison 2020-2021, Pietrangelo demeure l’un des moteurs des Blues. Il n’a pas le titre de capitaine par hasard.

Depuis le début des séries, l’Ontarien de 29 ans est le joueur le plus utilisé par Craig Berube, avec un temps de jeu moyen de 25 min 34 s. Il a aussi contribué sur le plan offensif avec 13 points (2 buts, 11 passes) en 20 rencontres.

À l’extérieur de la patinoire, Pietrangelo a eu le bonheur de découvrir les joies de la paternité en juillet dernier. Sa vie a changé drastiquement lorsque sa femme Jayne a donné naissance à des triplés, Evelyn, Oliver et Theodore. Il s’agissait des trois premiers enfants du couple.

«Disons que je peux oublier le hockey assez rapidement quand je rentre à la maison, a lancé le sympathique capitaine des Blues. Je ne serai pas le premier hockeyeur à le dire, mais la naissance de mes enfants m’a permis de relativiser les choses quand ça ne se déroule pas comme je le souhaite. C’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. C’est une belle façon de s’évader du hockey.»