SPO - coupe de memorial

Crédit : John Morris / Agence QMI

Coupe Memorial

Les Huskies: une très grande équipe

Les Huskies: une très grande équipe

Mikaël Lalancette

Publié 27 mai
Mis à jour 27 mai

Les Huskies de Rouyn-Noranda ont conclu leur saison de rêve en remportant le trophée le plus difficile à gagner au hockey, la coupe Memorial.

La conquête de Rouyn, trois ans après la défaite en prolongation en finale du tournoi contre les Knights de London, a une saveur de rédemption pour les trois joueurs de 20 ans des Huskies, Peter Abbandonato, Jacob Neveu et Samuel Harvey.

Inutile de vous rappeler la déception qui avait habité les Huskies en 2016. Abbandonato et Neveu étaient d'ailleurs sur la glace quand Matthew Tkachuk a tranché le débat en déjouant le gardien Chase Marchand.

Bref, quelle saison de rêve!

Avant le début du tournoi, j'écrivais sur ce blogue que les Huskies étaient une grande équipe.

J'avais tort. C'était une très grande équipe.

Une fiche de 79 victoires et 14 défaites : 59-9 en saison régulière, 16-4 en séries et 4-1 à la Coupe Memorial, c'est impressionnant. Il y a eu la séquence de 25 victoires en saison, la Coupe du Président et la Coupe Memorial.

Les Huskies le réaliseront peut-être dans quelques années seulement, mais ce qu'ils viennent de réaliser est impressionnant. Ils viennent probablement d'offrir la meilleure saison de l'histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Le succès est d'autant plus impressionnant qu'ils étaient à quelques minutes de gagner la coupe Memorial en 2016 et que presque tous les joueurs ont été repêchés et développés au sein de l'organisation.

Les cérémonies d'après-match étaient touchantes dans le camp gagnant.

À voir également: les Huskies champions!

Les grands honneurs pour Alexis Lafrenière à Halifax

Plusieurs joueurs ont beaucoup souffert avant de pouvoir toucher au gros trophée. On peut penser à Jacob Neveu, à Rafaël Harvey-Pinard et à Joël Teasdale, pour ne nommer que ceux-là!

Félix Bibeau a connu un tournoi du tonnerre. Le natif de Mercier a été un véritable leader pour cette équipe, dans un tournoi relevé rassemblant une trentaine de joueurs appartenant à des équipes de la Ligue nationale de hockey.

C'est tout un marathon de hockey qui a pris fin pour Mario Pouliot et Noah Dobson, doubles champions pour une deuxième année consécutive.

Dobson a eu à composer avec beaucoup d'adversité dans le tournoi. En plus de passer plus de 35 minutes par match sur la glace, l'espoir des Islanders de New York a dû se débrouiller avec une foule hostile à son égard.

Hué à chaque fois qu'il touchait à la rondelle, Dobson a gardé son calme. Il a su faire la différence dans les moments clés du tournoi.

Son pilote des trois dernières années a lui aussi pu soulever le plus gros trophée de hockey junior au Canada pour une deuxième saison de suite.

Ce qui est encore plus spécial pour Mario Pouliot, c'est qu'au moins la moitié des joueurs ont été repêchés par son fils Raphaël lors de son passage comme recruteur-chef. C'est une victoire de famille, qui a fait beaucoup de sacrifices avant d'atteindre les plus hauts sommets.

Et finalement, je m'en voudrais de ne pas parler des gens de Rouyn-Noranda.

Votre ferveur, votre passion et votre accueil ont fait de vous des partisans en or dans les dernières années. Vous faites aussi partie de la recette gagnante de l'organisation.

Le tournoi de cette année a attiré 79 099 spectateurs, la cinquième meilleure assistance depuis 1972.

L'organisation des Mooseheads a relevé le défi avec brio. Le tournoi a été un succès.

Sur la glace, les Mooseheads ont perdu leur dernier match de la saison, mais ils ont néanmoins remporté leur pari. Ils n'étaient qu'à quelques poussières de remporter la coupe Memorial. Les hommes d'Éric Veilleux ont bien rebondi après leur élimination en finale de la Coupe du Président.

Les Mooseheads devraient être encore meilleurs l'an prochain, même s'ils perdront des éléments importants.

Si c'était à refaire, ils auraient peut-être été un peu plus agressifs lors de la dernière période de transactions. Ils n'étaient pas loin de pouvoir gagner. Voyons voir s'ils le feront l'an prochain.

Un petit mot en terminant pour remercier mes collègues de TVA Sports, qui se dévouent pour vous offrir la meilleure couverture possible.

C'est un grand plaisir de faire partie de cette belle équipe année après année.

On se dit à bientôt!