Crédit : AFP

Tennis

Déjà la fin pour Denis Shapovalov à Roland-Garros

Agence QMI / Kevin Dubé 

Publié | Mis à jour

Décidément, l’édition de Roland-Garros 2019 ne passera pas à l’histoire pour les hommes canadiens. Après les désistements de Milos Raonic et Félix Auger-Aliassime pour cause de blessures, Denis Shapovalov s’est incliné en trois manches devant l’Allemand Jan-Lennard Struff, lundi, au premier tour.

Struff, un colosse de 6 pi 5 po et 200 lb, l’a emporté en trois manches de 7-6 (1), 6-3 et 6-4. Shapovalov avait pourtant entamé la rencontre sur les chapeaux de roues, brisant son adversaire dès le deuxième jeu pour ensuite rapidement prendre les devants 3-0.

Struff, qui avait battu le Canadien au premier tour à Monte-Carlo il y a quelques semaines, a par la suite ouvert la machine, ne regardant plus jamais derrière.

«C’était ce genre de journée où j’ai eu un bon départ et j’ai eu la chance d’obtenir deux bris de suite mais je ne l’ai pas fait. Ensuite, il a levé son jeu d’un cran. J’ai fait ce que j’ai pu mais il plaçait bien les balles, surtout lors des points importants. Il a réussi quelques coups spectaculaires», a mentionné le Torontois dans la salle de presse, quelques minutes après sa défaite.

Shapovalov ne l’utilisera pas comme excuse, mais le tirage au sort ne l’a pas favorisé. Struff, 45e joueur mondial, joue du bon tennis par les temps qui courent, comptant notamment une participation aux quarts de finale à Barcelone il y a quelques semaines. Pour s’y rendre, il avait défait Stefano Tsitsipas en ronde des 16.

«C’est un joueur difficile à affronter sur toutes les surfaces, surtout sur terre battue, a reconnu Shapovalov. C’est le genre de joueur qui est un peu sous-estimé mais, quand il joue du bon tennis, tu ne veux pas l’affronter.»

Vivement le gazon

Le tennisman de 20 ans complète donc sa saison sur terre battue avec une fiche de seulement deux victoires en huit matchs. Pour lui, toutefois, il faut voir au-delà de la simple fiche.

«J’ai mis les efforts nécessaires, mon jeu est là, mais ça n’a pas cliqué durant les matchs. Je n’ai pas joué mon meilleur tennis mais le niveau était là. Dans les gros points, ça n’a pas tourné en ma faveur. «C’est frustrant parce que je sens que je peux et devrais gagner ces matchs.

«Maintenant, je mets la saison sur terre battue derrière moi, je dois apprendre et aller de l’avant. L’important est que mon jeu est à point. Je suis dans tous les matchs, ce qui est très important pour moi et qui me donne confiance pour la saison sur gazon.»