Crédit : Kelvin Kuo-USA TODAY Sports

Impact

L’art de se tirer dans le pied

Publié | Mis à jour

La défaite de l’Impact contre le Los Angeles FC était prévisible. Tout le monde savait que ce match contre la meilleure formation de la MLS serait extrêmement difficile.

Mais le Bleu-Blanc-Noir s’est drôlement compliqué la vie en accordant un autre but très tôt dans le match. Cette fois-ci, c’était un véritable cadeau d’Evan Bush à la 7e minute.

À lire également: le LAFC trop fort pour l'Impact

«On a été très naïfs en première mi-temps»

On parle ici d’une gaffe, une vraie. Bush, qui a réalisé plusieurs gros arrêts encore une fois dans ce match, a tout de même plombé les minces chances qu’avait son équipe de lutter à armes égales avec le puissant LAFC.

On ne peut tout simplement pas se permettre un tel cadeau contre un adversaire de cette qualité. Ce n’est pas juste se tirer dans le pied, c’est s’arracher la jambe au complet.

Tire-pois

Sur le plan offensif, ce match a permis de mettre en lumière les nombreuses lacunes du Bleu-Blanc-Noir qui a une véritable attaque de tire-pois quand on la compare à la formation noir et or, et on ne parle pas uniquement de Carlos Vela.

Pendant que l’Impact avait du mal à organiser une réelle attaque, le retour de Nacho Piatti n’étant pas aussi salvateur que souhaité, L.A. s’amusait en attaquant en tir groupé.

Oui Vela a de formidables qualités de finisseur avec ses 15 buts en autant de matchs, mais le fait est que cette équipe compte sur plusieurs joueurs capables de dynamiser l’attaque et de causer des problèmes à la défense adverse.

Rarement depuis l’échec retentissant de Kansas City a-t-on vu la défensive montréalaise être aussi submergée. Parce que ça arrivait de tous les côtés.

Grosse absence

L’Impact était privé de Samuel Piette, suspendu pour accumulation de cartons jaunes. Sa présence n’aurait sans doute pas changé l’issue du match, mais elle aurait au moins apporté un peu de soutien à la brigade défensive.

Ça nous a surtout permis de voir de quoi cette équipe aura l’air quand Piette partira pour aller porter le maillot canadien à la Gold Cup, et c’est inquiétant.

Micheal Azira est un travailleur honnête, mais il n’a pas le même rythme que Piette. Le constat est que le Bleu-Blanc-Noir n’a personne pour chausser les crampons de Piette. À moins que Shamit Shome soit en mesure d’occuper ce poste.

Et le milieu de terrain, poreux au possible vendredi, sera aussi privé d’Azira et de Saphir Taïder, qui représenteront l’Ouganda et l’Algérie à Coupe Afrique des Nations. Ce n’est donc rien de bien rassurant.

Mesure

Plus que tout, ce match a servi de mesure étalon pour l’Impact et on a pu constater qu’il ne joue tout simplement pas dans la même ligue que le LAFC.

Cette défaite de 4 à 2 devrait avoir allumé des lumières rouges dans les bureaux du club qui est encore près du premier rang dans l’Est, mais qui a joué beaucoup de matchs et une fois que l’écart sera comblé, on risque de retrouver le Bleu-Blanc-Noir très près de la ligne rouge.

S’il veut atteindre son objectif de participer aux séries et, accessoirement, ne pas y faire que de la figuration, l’Impact va devoir être actif lors de la période de transfert estivale.

Cette équipe a, au minimum, besoin d’un attaquant capable de marquer régulièrement. L’Impact n’a plus eu d’attaquant digne de ce nom depuis le départ de Didier Drogba en 2016, lui qui avait été délogé sans les derniers milles par le mirage qu’était Matteo Mancosu.