HKN-HKO-SPO-SAN-JOSE-SHARKS-V-ST-LOUIS-BLUES---GAME-FOUR

Crédit : AFP

Séries LNH 2019

La guerre psychologique est lancée avant la finale

Publié | Mis à jour

À l’approche du premier match de la finale de la Coupe Stanley, la guerre psychologique est lancée entre les Bruins de Boston et les Blues de St. Louis.

Le fait que le gardien des Blues Jordan Binnington ait joué 28 matchs avec la filiale de la Ligue américaine des Bruins l’an dernier n’est pas étranger à Bruce Cassidy. Le pilote des Bruins a suggéré que cela représentait un avantage pour son équipe, une remarque qui n’a pas eu beaucoup d’effet auprès du principal intéressé.

«C’est bien, j’imagine», a-t-il répondu, lorsque mis au fait du commentaire de l’entraîneur adverse.

Le vétéran Patrick Maroon a éclaté de rire lorsqu’il a entendu la conversation dans le vestiaire. Ce même Maroon a en quelque sorte lui aussi participé à la joute psychologique, en donnant son avis sur la bonne méthode à employer pour contrer la vedette des Bruins Brad Marchand.

Même Alex Pietrangelo et David Backes n’y ont pas échappé, semble-t-il. Le capitaine des Blues a envoyé un message texte à son ancien coéquipier en disant qu’ils redeviendront vraisemblablement des amis dans deux semaines. Or, Backes n’a pas daigné lui répondre.

«J’imagine que ça a déjà commencé», de dire Pietrangelo devant les médias.

Ça promet pour le lundi 27 mai, au TD Garden de Boston.