Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

NFL

Déjà en mode saison

Publié | Mis à jour

La saison de Laurent Duvernay-Tardif et des Chiefs de Kansas City ne prend son envol que le 8 septembre, mais les premières fondations pour les mois à venir sont jetées sur le terrain dès mardi. Après de longs moments à l’écart du contact et loin de son élément, le Doc piaffe d’impatience à l’idée de retourner en mode opération.

La première phase des entraînements et activités d’équipes du printemps a été lancée dès le 15 avril, mais à compter de mardi et jusqu’à jeudi, les Chiefs évoluent en situation d’entraînement sur le terrain, avec l’attaque face à la défensive. Bref, ça commence à sentir, lentement mais sûrement, le football à Kansas City.

Et ce n’est pas Duvernay-Tardif qui va s’en plaindre. Le garde a vu sa dernière saison prendre fin à la cinquième semaine d’activités lorsque le plaqueur des Jaguars de Jacksonville, Marcell Dareus, est tombé sur sa jambe gauche.

Sous l’impact, le Québécois a subi une fracture du péroné. En janvier, avant la finale de la conférence américaine opposant les Chiefs aux Patriots, il a renoué avec l’entraînement, sans toutefois obtenir l’opportunité d’enfiler l’uniforme dans la défaite crève-cœur qui a suivi.

«Il y a une réelle excitation de sauter sur le terrain de nouveau. J’ai été tellement longtemps à l’écart du jeu. Je ressens vraiment une belle frénésie en ce moment. J’ai toujours su que j’aimais le football, mais le fait de renouer avec l’action me fait réaliser à quel point j’avais hâte de recommencer», a confié Duvernay-Tardif lors d’un entretien téléphonique.

Une première

Pour celui qui a été diplômé en médecine il y a un an à l’Université McGill, l’actuelle saison morte dans la NFL présente un monde de différences avec les précédentes, lors desquelles il partageait son temps entre l’entraînement et les bancs d’école.

Cette lourde charge de travail le suivait depuis ses débuts dans la NFL, en 2014.

«Pour moi, c’est un premier camp de printemps complet avec l’équipe, sans restrictions. J’ai trouvé ça bien de retrouver l’équipe tôt. Ça permet d’attraper plein de nouveaux détails au vol, même si je maîtrise le livre de jeux et la façon de fonctionner ici. L’installation des jeux va être mise en pratique peu à peu et on pense encore que notre offensive peut accomplir de belles choses», a-t-il indiqué.

Cette offensive explosive, qui a dominé la ligue autant au chapitre des verges (425,6) que des points (35,3) par match, aura l’opportunité de se frotter, cette semaine, à une unité fort différente sous la gouverne du nouveau coordonnateur défensif Steve Spagnuolo.

«C’est une autre raison qui fait que c’est excitant de sauter sur le terrain. Bob Sutton était le coordonnateur de la défensive depuis plusieurs années (2013 à 2018) et le changement va nous pousser à nous habituer à de nouvelles approches contre notre défensive. C’est une bonne préparation en vue de la saison», estime Duvernay-Tardif.

Damnées blessures

Pour le sympathique joueur de ligne offensive, le fait de rester en santé sera l’un des objectifs de la saison à venir, même si toute la meilleure volonté du monde ne peut enrayer les risques inhérents au métier.

Lors des trois dernières campagnes, il a notamment subi deux commotions cérébrales en plus de sa fracture de l’automne dernier, ce qui l’a forcé à rater 18 matchs au total.

«Ça fait partie du sport et il n’y a pas grand-chose que tu puisses faire quand un joueur de plus de 300 livres tombe sur ta jambe sans que tu aies l’occasion de te protéger. J’ai travaillé très fort à l’entraînement pour être préparé de manière optimale. Ce n’est pas un aspect qui me préoccupe et j’ai juste hâte d’attaquer les pratiques et la saison.»

Les Chiefs sauteront également sur le terrain du 28 au 30 mai, du 4 au 7 juin et du 11 au 13 juin. Après le camp d’entraînement qui débute peu après la mi-juillet, le calendrier présaison se mettra en branle dès le 10 août.

Pas inquiet

Durant la saison dernière, les Chiefs montraient la porte à leur talentueux porteur de ballon Kareem Hunt après un épisode fâcheux de violence. Cet hiver, c’était au tour de l’explosif receveur Tyreek Hill d’être plongé dans le même bourbier. Laurent Duvernay-Tardif n’anticipe toutefois pas une baisse de régime draconienne de l’attaque.

Pour l’instant, l’enquête suit son cours concernant les agissements présumés de Hill à l’endroit de son fils. Un enregistrement audio troublant dans lequel le receveur paraît très mal, risque de compromettre son avenir avec les Chiefs, même si la justice ou même la ligue ne le condamnaient pas.

Attaque stable

À l’heure actuelle, c’est le néant et les joueurs ne savent à quoi s’en tenir. Dans ce contexte, Duvernay-Tardif ne doute surtout pas de la capacité des Chiefs à produire malgré cette autre embûche potentielle.

«Tout ce que je peux dire, c’est que je place comme d’habitude toute ma confiance en coach (Andy) Reid pour nous placer dans la meilleure position possible pour produire. Il le fait dans cette ligue depuis tellement d’années et ce n’est pas la première situation du genre qu’il doit traverser.

«On a vécu le même genre de bouleversement la saison dernière avec Kareem (Hunt). Plusieurs se sont mis à douter de nous, mais on a su maintenir le rythme», a rappelé le numéro 76.

Si en défensive, de nombreux nouveaux visages (Alex Okafor, Frank Clark, Emmanuel Ogbah, Bashaud Breeland, Tyrann Mathieu) se greffent à l’équipe, la situation semble plus stable à l’attaque, outre la perte potentielle de Hill et le départ du centre Micth Morse.

Les Chiefs espèrent par ailleurs que leur choix de deuxième ronde, le rapide receveur et retourneur de bottés Mecole Hardman, contribue rapidement. C’est sans parler de l’évolution du quart-arrière Patrick Mahomes, à sa deuxième saison comme partant.

«Je pense qu’il est loin d’avoir atteint son plein potentiel», salive Duvernay-Tardif à cet effet.

Trois Canadiens ?

Coéquipier du Franco-Ontarien Ryan Hunter, qui a passé la dernière campagne dans l’équipe d’entraînement, Laurent Duvernay-Tardif vit avec plaisir l’arrivée du Montréalais Justin Senior sur la ligne offensive.

Sélectionné par les Seahawks de Seattle au sixième tour du repêchage de 2017, le bloqueur n’a jamais pu se faire valoir avec cette équipe en raison d’une blessure au genou. Libéré, il a été mis sous contrat par les Chiefs cet hiver.

«C’est vraiment cool ! On s’est entraînés ensemble et on veut trouver une façon de travailler ensemble à Montréal avant le camp. Ce serait spécial de se retrouver trois Canadiens dans l’équipe», a souligné Duvernay-Tardif.