JiC

L’autre objectif de François Dumontier

Publié | Mis à jour

Le promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, est très fier des tout nouveaux garages du circuit, fruit de longues années de tractations et planification, mais il lui reste encore un autre objectif à atteindre afin de solidifier davantage l’événement à long terme.

«Dans les deux ou trois dernières années, j'avais deux objectifs: le premier est en voie d'être réalisé, les nouveaux garages, et le deuxième, c'est de signer un commanditaire en titre», a-t-il expliqué, jeudi, en entrevue à «JiC».

«Il faut se souvenir que le dernier en titre qu'on a eu date de 2003, a-t-il poursuivi. C'était Air Canada. Ça fait très longtemps. Ça viendrait concrétiser nos efforts, aider pour le futur et, dépendamment de qui deviendrait le commanditaire, de toucher un autre marché de personnes.»

À voir également: le patron de la F1 impressionné par les paddocks du circuit Gilles-Villeneuve

En attendant, il se frotte les mains devant ces nouveaux paddocks, attendus depuis longtemps, qui sont pratiquement complétés.

«Ça fait longtemps qu'on parle de ces garages-là, a-t-il rappelé. J'essaie de revenir en arrière et je pense qu'on a commencé à parler de ça en 2007, Normand Legault était encore le promoteur du Grand Prix à l'époque. Je travaillais pour Normand et on a commencé à parler de ça avec Bernie Ecclestone (ancien grand patron de la F1).»

«Il y a eu plusieurs tentatives au fil des années, ça a fait partie de négociations, de menaces même que le Grand Prix disparaisse, mais finalement, on est arrivés, en 2019, a ajouté le promoteur. On a des garages qui sont magnifiques, on n'a pas à être jaloux de ce qui se fait ailleurs dans le monde.»

Ecclestone aimait Montréal

Parlant de Bernie Ecclestone, ce dernier a été remplacé en 2017 par Liberty Media et le nouveau grand patron de la F1, Chase Carey, a un type de gestion assez différent de son prédécesseur.

«On a vu le changement immédiatement, a avoué M. Dumontier. M. Ecclestone a été dur, parfois, à l'endroit de Montréal, comme il l'a été à l'endroit d'autres promoteurs dans le monde, mais je dois dire quand même qu'il aimait Montréal. Ça ne paraissait pas tout le temps, mais il aimait Montréal. Je maintiens une bonne relation avec lui. Quand je vais à Londres, j'arrête souvent le saluer pour prendre un café avec lui.»

«Quand on a choisi la date du 15 mai pour l'inauguration (des nouveaux paddocks), j'ai appelé Chase et ça ne lui a pris qu'un coup de téléphone pour qu'il dise "je vais être là, je vais te supporter", et c'était réglé», a également mentionné le promoteur.

M. Carey a d’ailleurs été impressionné par ce qu’il a vu, mercredi.

«Il était enchanté de voir les nouveaux garages et je pense que c'était même au-delà de ses attentes, a expliqué M. Dumontier. Il l'a dit. Il a dit aussi à quel point Montréal est importante dans le Championnat du monde. Lui-même vient du Nord-est américain, alors le Grand Prix du Canada était "son" Grand Prix lorsqu'il vivait dans ce coin-là. Il a charmé beaucoup de monde, hier, par sa présence.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.