Séries LNH 2019

La controverse colle aux arbitres... et aux Sharks

Publié | Mis à jour

La controverse colle aux arbitres depuis le début des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey. Et elle colle aussi aux Sharks de San Jose, qui ont été impliqués - en leur faveur - dans trois décisions litigieuses des officiels, comme Les Partants le rappellent dans la vidéo ci-dessus.

1. Sharks c. Golden Knights - match 7, première ronde

On s'en souviendra longtemps : une pénalité majeure litigieuse décernée après une blessure à Joe Pavelski, une remontée de quatre buts des Sharks, un but égalisateur des Golden Knights en fin de match, puis le filet victorieux de Barclay Goodrow qui envoyait Vegas en vacances. Ce match complètement fou a fait couler beaucoup d'encre, et pas nécessairement pour les bonnes raisons. 

La pénalité décernée à Cody Eakin pour double-échec valait au plus un deux minutes, selon plusieurs observateurs. Et surtout pas un cinq minutes, qui a permis aux Sharks, qui tiraient de l'arrière 3-0 à ce moment, de marquer quatre (!) buts en avantage numérique.

L'appel controversé a coûté le reste des séries à Dan O'Halloran et Eric Furlatt, deux arbitres d'expérience. Elle a aussi déclenché la colère de Jonathan Marchessault, qui l'a qualifié de «farce». Quelques jours plus tard, la LNH s'excusait auprès des Knights, mais le mal était fait et pour longtemps. 

2. Sharks c. Avalanche - match 7, deuxième ronde

Cette fois, ce ne sont pas que les arbitres qui ont été pointés du doigt, mais aussi la disposition des bancs des joueurs. L'Avalanche du Colorado croyait bien avoir créé l'égalité 2-2 après une superbe passe de Nathan MacKinnon servie à Colin White. Mais l’entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer, a utilisé son droit de contestation, affirmant que l’Avalanche était hors-jeu sur la séquence. La reprise vidéo lui a donné raison.

C'est que Gabriel Landeskog, qui rentrait au banc, a tardé à quitter la glace. Il se trouvait tout près du banc, en territoire des Sharks, quand l'Avalanche est entré avec la rondelle. 

Privée de ce but qui aurait pu changer l'allure du match, l'Avalanche s'est finalement retrouvée en vacances après une défaite de 3-2. 

Landeskog, qui porte le «C», s'est ensuite dit «surpris» de l'appel. Après avoir visionné la reprise sous plusieurs angles, la décision aurait pu aller d'un côté comme de l'autre, selon lui. 

3. Sharks c. Blues - match 3, troisième ronde

Les Blues de St. Louis étaient en voie de prendre les devant 2-1 dans la finale de l'Ouest. Mais Logan Couture a créé l'égalité en toute fin de match, propulsant les deux équipes en prolongation.

Et c'est là - encore - que les choses se sont corsées. Erik Karlsson a complété la remontée des Sharks en déjouant Jordan Bennington d'un tir entre les jambières au début de la première période de surtemps. Mais la passe que lui a dirigé Timo Meier semble avoir été effectuée avec sa main. Les quatre arbitres sur la patinoire n'ont rien vu, et le mal était fait, puisqu'ils ne peuvent pas aller à la reprise vidéo pour vérifier ce genre de séquence. 

La décision a semé la colère dans le clan des Blues. Notamment chez le gardien Bennington, qui a donné un coup de bâton contre la baie vitrée avant de rentrer au vestiaire. Son coéquipier David Perron, lui, a préféré ne pas trop en dire.