Crédit : Marc DesRosiers / Agence QMI

LHJMQ

Coupe Memorial : Nick Suzuki parmi plusieurs espoirs dans la vitrine

Coupe Memorial : Nick Suzuki parmi plusieurs espoirs dans la vitrine

Mikaël Lalancette

Publié 16 mai
Mis à jour 16 mai

C’est ce vendredi que le 101e tournoi de la Coupe Memorial se mettra en branle à Halifax.

Comme c’est le cas chaque année, les deux prochaines semaines seront sans doute ponctuées de rebondissements, de surprises et de déceptions.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec compte sur deux représentants de qualité pour défendre le titre du Titan d’Acadie-Bathurst, remporté dans l’ouest du pays l’an dernier.

On surveillera bien entendu les champions de la saison régulière et des séries, les Huskies de Rouyn-Noranda.

La troupe de Mario Pouliot a été convaincante, remportant 75 de ses 88 matchs cette année, saison et séries combinées.

Heureusement pour Rouyn-Noranda, l’équipe retrouvera Jakub Lauko, blessé dans le cinquième match de la série finale contre les Mooseheads de Halifax.

La contribution du défenseur Jacob Neveu aurait certes été très utile aux Huskies, qui misent tout de même sur trois joueurs ayant déjà vécu ce rendez-vous printanier : Peter Abbandonato et Samuel Harvey en 2016 et Noah Dobson en 2018.

Pouliot vise une 1re dans l'histoire

Le pilote de la formation peut passer à l’histoire : non seulement Pouliot pourrait devenir le premier entraîneur-chef de l’histoire de la LHJMQ à remporter deux coupes Memorial, jamais un entraîneur-chef ne l’a fait deux ans de suite avec deux équipes différentes depuis l'inauguration du trophée il y a 101 ans.

Bref, il faudra surveiller les Huskies, qui voudront venger leur échec en prolongation lors de la finale du tournoi il y a trois ans.

Aucune équipe en sol québécois n’a gagné le gros trophée canadien depuis les Cataractes de Shawinigan il y a sept ans.

Les Mooseheads de Halifax évolueront dans leurs quartiers. Comme en 2012, lorsqu’il avait remporté la coupe Memorial avec les Cataractes, Éric Veilleux jouera devant les siens.

C’est un avantage non négligeable.

Veilleux peut donc lui aussi devenir le premier pilote québécois à remporter deux coupes Memorial.

En fait, un seul instructeur Québécois y est arrivé : le défunt Roger Bédard avec les Canadiens juniors, qui évoluaient dans le circuit junior ontarien à la fin des années 1960.

Lavoie et Gravel : des piliers

Deux joueurs peuvent permettre aux Mooseheads de toucher au prestigieux trophée : l’attaquant Raphaël Lavoie et le gardien Alexis Gravel.

Le premier a marqué 20 buts en séries, un sommet dans la Ligue canadienne de hockey. L'autre a brillé en deuxième moitié de saison.

Gravel a causé des maux de tête aux attaquants de la meilleure attaque au Canada, les Voltigeurs de Drummondville.

Si la finale était égale 2-2 après quatre matchs, c’est aussi en grande partie à cause de lui. Bref, les Mooseheads sont aussi à prendre au sérieux.

Halifax compte sur deux champions de la Coupe Memorial l’an dernier : Samuel Asselin et Antoine Morand.

Aucun joueur québécois n’a remporté deux coupes Memorial depuis la création de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, en 1969. Morand et Asselin pourraient eux aussi écrire leur nom dans le grand livre d’histoire de la LCH.

Les représentants de l’Ontario, le Storm de Guelph, et ceux de l’Ouest, les Raiders de Prince Albert, ne sont pas piqués des vers eux non plus.

Le Storm a fait preuve de caractère dans les séries de la Ligue junior de l’Ontario. Guelph a gagné malgré un déficit de 3-0 au deuxième tour des séries, en remontant une série 3-1 en demi-finale et de 2-0 en finale.

Rien de moins!

En contrepartie, les Ontariens ont dû puiser dans leurs ressources pour y arriver : jouer 24 parties de séries éliminatoires n’est pas une mince affaire.

Suzuki dans la vitrine

Il faudra avoir à l’oeil le gardien du Storm, Anthony Popovich, dont les statistiques laissent à désirer. Des chiffres dignes des bons gardiens dans les années 1990 : une moyenne de 3,12 et un taux d’efficacité de 0,894 en séries éliminatoires.

Mais LE joueur du Storm que tous les amateurs des Canadiens vont surveiller, c’est Nick Suzuki, obtenu dans la transaction qui a envoyé Max Pacioretty aux Golden Knights de Vegas l’an dernier.

L’espoir du CH a été brillant en séries : une récolte de 42 points en 24 parties, ce qui lui a mérité du même coup le prestigieux trophée Wayne Gretzky, qui est remis au joueur le plus utile des séries dans l’OHL.

Depuis 2010, seulement deux joueurs ont récolté plus de points que Suzuki en une année éliminatoire dans le circuit junior ontarien : Connor McDavid et Mitchell Marner. Rien de moins!

Suzuki sera donc épié, surveillé et sollicité. Même les puissants 67’s d’Ottawa, que tous voyaient à Halifax dans les prochains jours, n’ont pas été en mesure de le freiner.

Voilà un beau défi pour les Huskies, les Mooseheads et les Raiders.

Prince Albert : une disette de 34 ans

Parlons maintenant de Prince Albert, qui a attendu 34 ans avant de pouvoir célébrer un championnat de séries éliminatoires.

Le dernier sacre de l’organisation remontait à 1985, année où les Raiders avaient aussi remporté la coupe Memorial.

Les champions de l’Ouest ont eu besoin d’un septième match, et d’une prolongation, pour éliminer les Giants de Vancouver. La ville et l’équipe ont vécu de grandes émotions dans les derniers jours.

J’ai hâte de voir comment se débrouillera leur gardien de but, Ian Scott, un espoir des Maple Leafs de Toronto.

Membre d’Équipe Canada junior 2019, Scott a été nommé le joueur le plus utile du circuit de Ron-Robison en séries, où il a signé cinq jeux blancs, dont deux en grande finale.

Ses chiffres en séries parlent d’eux-mêmes : une moyenne de 1,96 et un taux d’efficacité de 0,925.

Le pilote des Raiders, Marc Habscheid, a lui aussi déjà remporté le Saint-Graal du hockey junior canadien en 2004.

Plusieurs espoirs à surveiller

Le tournoi de cette année nous offre quelques bons espoirs à surveiller en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey.

D’un point de vue québécois, Raphaël Lavoie est le plus intriguant, lui qui peut changer l’allure d’un match à chaque lancer.

Mais le cas de Brett Leason n’est pas trop mauvais lui non plus. Ignoré deux fois au repêchage de la LNH, l’attaquant des Raiders pourrait être un choix de premier tour cette année.

L’attaquant de 19 ans sait et aime marquer des buts. Ses rivaux devront le surveiller étroitement.

Bref, la table est mise pour un excellent tournoi, où l’organisation des Canadiens de Montréal pourra voir évoluer trois de ses espoirs : Nick Suzuki, Joël Teasdale et Cole Fonstad.

Je vous souhaite à tous et à toutes un excellent tournoi!