Impact de Montréal

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Impact

L’Impact veut une nouvelle équipe réserve

L’Impact veut une nouvelle équipe réserve

Vincent Destouches

Publié 15 mai
Mis à jour 15 mai

Si vous vous êtes intéressé aux activités de l’Impact de Montréal au cours des dernières années, il y a de fortes chances que vous ayez entendu des acteurs du club, des joueurs et des partisans se lamenter de l’absence d’un club-école.

Cela est sur le point de changer.

Le Bleu-Blanc-Noir souhaite se doter d’une équipe réserve aussi tôt que possible – 2020 dans un scénario idéal, mais l’horizon 2021 semble plus réaliste dans les délais impartis.

À lire également: «Nacho» retrouve ses coéquipiers

Calendrier condensé : une première expérience chaotique

Il s’agit d’un changement de cap majeur au sein de l’organisation montréalaise. Car l’Impact, qui a déjà disposé d’une équipe réserve, le FC Montréal, avait décidé en décembre 2016 de mettre fin à ses activités, notamment pour des raisons économiques.

Pour compenser la disparition du FC Montréal, le club s’était associé au Fury d’Ottawa, équipe évoluant en USL (deuxième division nord-américaine), afin d’offrir une voie de développement à certains éléments prometteurs issus de l’Académie de l’Impact.

Mais là où l’objectif du FC Montréal était de former des jeunes joueurs au haut niveau, celui du Fury d’Ottawa est de gagner. Il en résulte un partenariat bancal, au sein duquel l’Impact n’a jamais eu son mot à dire sur le temps de jeu de ses jeunes envoyés en prêt.  

Peu d’entre eux ont su tirer leur épingle du jeu, les plus notables étant Maxime Crépeau et Thomas Meilleur-Giguère. Cependant, ni l’un, ni l’autre n’a eu l’occasion de venir garnir les rangs de l’Impact par la suite... L’association avec le Fury d’Ottawa semble donc toucher à sa fin, d’autant que l’avenir du club semble incertain.

Trois options

Qui dit retour d’une équipe réserve ne dit pas forcément retour du FC Montréal.

En effet, la question de fond qui se pose en interne est : sous quelle forme accoucher de cette équipe réserve? Et combien cela coûtera-t-il? À l’heure actuelle, l’Impact explore toutes les possibilités. Selon mes informations, il y aurait trois options à disposition.

La première verrait l’Impact engager son équipe réserve en USL, mais cette fois dans l’une des divisions inférieures de cette ligue (nommées League One et League Two). Le coût d’entrée serait bien plus intéressant pour les dirigeants du Bleu-Blanc-Noir que ne l’était celui du FC Montréal dans l’échelon supérieur, à l’époque. (Et, de toute façon, il se murmure de plus en plus que la USL souhaiterait écarter les équipes réserves de la MLS de sa division principale.)

Il existe également l’option de la Première ligue canadienne de soccer (CPL), qui a donné le coup d’envoi de sa saison inaugurale le 27 avril dernier. Actuellement, la CPL compte sept clubs (aucun basé au Québec), mais le commissaire David Clanachan a clamé son envie de voir trois nouvelles équipes s’y joindre en 2020. De fait, de nombreuses rumeurs font état de la création d’un club à Laval et/ou Québec, laissant la porte ouverte à un partenariat avec l’Impact, sur des termes plus favorables que celui précédemment noué avec Ottawa.

La troisième option est plus nébuleuse, mais très intéressante. En effet, il n’est pas impossible que, dans un futur proche, les clubs MLS se retirent de la US Soccer Development Academy (USSDA), où sont présentement engagées leurs équipes de jeunes, afin de former leur propre compétition. Les limitations géographiques et le calendrier de la USSDA ne permettent pas assez au goût des académies MLS de jouer les unes contre les autres et de se frotter au haut niveau au travers de compétitions internationales.

Si cela se concrétise, il y aurait fort probablement des changements de catégorie d’âge menant à l’apparition d’une compétition U21 (pour les moins de 21 ans), voire U23. Du point de vue de l’Impact, cela aurait pour effet de combler le trou béant qui existe (et dans lequel quantité de jeunes ont chuté) entre les U19 et l’équipe première.

Cela est purement hypothétique, mais on pourrait même imaginer donner la possibilité aux clubs MLS d’aligner trois joueurs de plus de 21 ans, à l’image de ce qui se fait lors des Jeux olympiques, pour permettre aux joueurs de l’Impact blessés ou en manque de temps de jeu de retrouver le rythme.

Mais là, on digresse. Revenons à la réalité. Pour l’heure, selon mes informations, aucun geste concret n’a été posé, dans un sens ou dans l’autre. Toutes les options sont sur la table.

La nouvelle, la grande nouvelle, est ailleurs : l’Impact veut vraiment son équipe réserve. Au niveau de la politique sportive, c’est un sacré pas en avant!