Séries LNH 2019

Jordan Binnington, «le roc» des Blues

Publié | Mis à jour

Il y a des tonnes de statistiques, mais il y en a qui sont plus révélatrices. Pour Jordan Binnington, c’est sa fiche après un revers. Depuis son rappel des Blues, l’Ontarien de 25 ans montre un dossier de 10-2-0 (saison et séries) à son retour devant le filet après une cause perdante.

Au lendemain du premier match de la finale de l’Ouest, Binnington restait de glace en répondant aux questions des journalistes, se contentant de dire qu’il garderait la même approche et la même routine pour la deuxième rencontre, même s’il avait accordé cinq buts lors de la première partie.

Craig Berube savait que son gardien recrue trouverait une façon d’effacer de sa mémoire cette première sortie contre les Sharks.

«Jordan a fait ça toute l’année, a mentionné l’entraîneur en chef des Blues. Ce n’est rien de nouveau. Il a toujours rebondi après une défaite. Je me souviens qu’il avait perdu un match à Los Angeles et je l’avais utilisé lors de la rencontre suivante à Anaheim. Il avait gagné. C’était son premier test. On doit reculer au mois de janvier. Mais ça n’a pas changé depuis. Il a beaucoup de caractère.»

Grosse performance

Binnington a bloqué 24 des 26 tirs des Sharks dans un gain de 4 à 2 lors du deuxième match. Les Blues ont ainsi mis le cap sur St. Louis avec une égalité de 1 à 1 dans cette finale de l’Ouest.

«Binner (Binnington) a été incroyable ce soir (lundi), il a réussi d’immenses arrêts, a dit le centre Ryan O’Reilly. Il a donné confiance à l’équipe. Je ne suis pas surpris de sa sortie. Il a la bonne attitude pour rebondir rapidement. Il joue avec confiance et il ne connaît pas le mot nervosité.»

Dans le vestiaire de l’équipe adverse au SAP Center de San Jose, Binnington a fait rire les scribes en lançant cette petite phrase pour décrire ses sentiments après le deuxième but de Logan Couture en seulement quelques secondes.

«Je ne voulais pas donner le deuxième but à Couture, mais c’était cool de voir l’ambiance après ce jeu, a-t-il lancé. Il y avait beaucoup de bruit et d’ambiance.»

Confiant

«Je ne suis pas surpris de l’entendre dire une telle chose, a répliqué le défenseur Robert Bortuzzo. Il est le roc de notre équipe depuis plusieurs mois. Il est tellement calme et il dégage une grande confiance. Avec moins de cinq minutes, il a pris une rondelle sur son revers et il a réussi à dégager son territoire pendant un avantage numérique des Sharks. Ça parle beaucoup de son tempérament. Il croit en lui et nous croyons en lui.»