JiC

Calendrier condensé : une première expérience chaotique

Publié | Mis à jour

Les équipes de la MLS sont soumises pour la première fois à un calendrier condensé en cette saison 2019 et deux mois et demi après le début de celle-ci, certains problèmes commencent à émerger, notamment en ce qui concerne les blessures.

Le Sporting de Kansas City, notamment, doit composer avec plusieurs blessures, de sorte que la formation dirigée par Peter Vermes n’avait que 14 joueurs disponibles pour son match de dimanche dernier contre D.C. United.

À voir: «JiC»: les défis de l'Impact

L’Impact n’est pas en reste de ce côté non plus, alors que le club doit composer avec divers bobos depuis quelques semaines.

«C'est une première cette année avec le calendrier un peu plus condensé, de notre côté on est beaucoup touchés à cause des nombreux matchs à l'étranger», a expliqué le milieu de l’Impact Samuel Piette, mercredi, à «JiC».

«Il y a le Sporting aussi qui est affecté par ça. C'est un message clair à la ligue que ce n'est peut-être pas avantageux pour la santé des joueurs et des clubs, et du niveau de la MLS», a poursuivi le Québécois.

Piette est d’ailleurs revenu sur le cas de son coéquipier Ignacio Piatti, qui s’est entraîné sans problème, mercredi, après avoir raté plusieurs semaines après avoir subi une blessure lors du troisième match de la saison, à Orlando.

«Il s'est entraîné avec nous ce matin, ça augure bien, a-t-il souligné. Il n'a pas senti de douleur à ce qu'il m'a dit. Peut-être que ce serait bien de le voir quelques minutes samedi.»

À voir également: «Nacho» retrouve ses coéquipiers

Le numéro 6 de l’Impact a également eu de bons mots pour l’entraîneur du club, Rémi Garde, à la suite des critiques de ce dernier à l’endroit de la ligue, samedi, après la défaite subie à Cincinnati.

«Faire ça publiquement, ça prouve qu'il est derrière nous et qu'il n'a pas peur de la mentionner dans les moments plus difficiles comme à Cincinnati, a-t-il indiqué. Avoir l'appui du "coach" aide la chimie de l'équipe et du vestiaire en général.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.