Philadelphia 76ers v Toronto Raptors - Game Seven

Crédit : AFP

NBA

Place aux choses sérieuses pour les Raptors

Publié | Mis à jour

Le tir miraculeux de Kawhi Leonard qui a envoyé les Raptors en finale de l’Association de l’Est est déjà chose du passé, car la troupe torontoise s’apprête à se frotter à la meilleure équipe de la NBA cette saison.

Le duel contre les Bucks, qui ont dominé la saison régulière avec une fiche de 60-22, se mettra en branle mercredi à Milwaukee.

S’ils veulent atteindre la grande finale pour la première fois de leur histoire, les Raptors devront s’adapter au style de jeu étourdissant des Bucks, mené par le jeune prodige Giannis Antetokounmpo.

«Ils ont un style complètement différent de ce que nous avons vu en première et deuxième ronde», a expliqué l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse, au quotidien Toronto Star.

«[Contre le Magic d’Orlando et les 76ers de Philadelphie], nous faisions face à des jeux organisés, à une attaque méthodique, a-t-il ajouté. Les Bucks peuvent jouer de cette façon, mais ils préfèrent créer de l’espace, donner le ballon à un de leurs joueurs et attaquer le panier. Et si tu envoies de l’aide pour le surveiller, ils vont envoyer le ballon vers l’extérieur et tenter plusieurs tirs de trois points.»

Attaque explosive

Depuis le début des éliminatoires, les Bucks marquent en moyenne 116,9 points par rencontre, le deuxième plus haut total de la NBA derrière les Warriors de Golden State (118,1). Les Raptors sont 10e avec 103,6 points par match.

Si Leonard semble porter sur ses épaules l’attaque de Toronto, avec l’aide de Pascal Siakam, Antetokounmpo peut davantage compter sur le soutien de ses coéquipiers. Cinq joueurs de Milwaukee marquent en moyenne au moins 10 points par sorties depuis le début des séries – Antetokounmpo (27,4), Khris Middleton (19,1), Eric Bledsoe (16), George Hill (12,1) et Malcolm Brogdon (10).

Du côté des Raptors, seuls Leonard (31,8), Siakam (20,8) et Kyle Lowry (12,4) entrent dans cette catégorie.

Profondeur

Lowry se méfie d’ailleurs des nombreux joueurs de grande qualité dans la formation des Bucks.

«Ils ont beaucoup d’armes, a expliqué le meneur de jeu expérimenté. Ils ont beaucoup de profondeur et ils sont une des équipes qui obtiennent les meilleurs tirs. De plus, ils comptent sur Giannis, qui peut lancer une contre-attaque rapide à lui seul.»

«Nous devons nous ajuster rapidement, a pour sa part indiqué Nurse. Nous devons oublier notre bonheur [d’être en finale d’association], car nous nous apprêtons à affronter une équipe affamée.»