Crédit : Twitter / @PNCArena

Séries LNH 2019

Le «Bunch of Jerks» a tout changé en Caroline

Publié | Mis à jour

Le capitaine des Hurricanes de la Caroline Justin Williams n’est pas d’accord avec le coloré Don Cherry. Selon lui, le hockey évolue et les partisans tendent à délaisser la tradition pour encourager les manifestations de créativité et les gestes qui sortent de l’ordinaire.

Le département de marketing de l’équipe semble lui donner raison. Depuis que l’analyste de la chaîne CBC a critiqué les célébrations hautes en couleur du club, qualifiant l’ensemble des joueurs de «bunch of jerks», l'engouement envers l'équipe a grimpé. Utilisant la situation à son avantage, la formation a en effet fait de très bonnes affaires en mettant en vente un t-shirt avec cette désormais célèbre citation.

«Écoutez, les choses changent, a dit Williams au réseau NBC, dans une entrevue publiée mardi. [La Caroline] n’est pas un marché de hockey historique, c’est relativement frais. Nous avons évidemment gagné une coupe [Stanley] ici, mais c’est relativement frais. L’équipe est arrivée en 1997. Ce n’est pas comme les Maple Leafs de Toronto, les Canadiens de Montréal, les Bruins de Boston qui font partie des six clubs originaux qui ont des décennies d’histoire.»

Les partisans ont donc adopté le nouveau surnom, qui a attiré les feux de la rampe sur l’équipe au moment où elle connaissait de bons moments sur la glace. Ainsi, les partisans sont nombreux à suivre le parcours éliminatoire du club de Raleigh.

«Vous savez, je pense que nous n’avions que très peu d’importance ici en Caroline. C’était une façon d’augmenter le nombre de partisans dans les estrades, a expliqué l’attaquant Jordan Staal. Les gens ont commencé à penser que nous étions une bonne équipe ensuite.»

Bonne réaction

Ancien joueur de l’équipe, l’entraîneur-chef Rod Brind’Amour aime également les répercussions de cette histoire. Il a particulièrement apprécié la réaction des membres de son équipe.

«Ça peut se passer d’une façon différente quand tu te fais critiquer. Mais les gars l’ont pris d’une façon positive. Il s’agit de notre équipe, de notre communauté, de nos partisans et nous avons apprécié cette saison. Ce «bunch of jerks» nous a rapproché des partisans, même si le lien avec les joueurs était déjà fort.»

Les Hurricanes, qui participent aux séries éliminatoires pour une première fois depuis 2009, doivent disputer le troisième match de la finale de l’Association de l’Est mardi soir. Avant ce duel, les Bruins de Boston menaient 2-0.