Crédit : AFP

Golf

La permission spéciale accordée à John Daly ne plaît pas à Tiger Woods

Publié | Mis à jour

Le vétéran américain John Daly, souffrant d'arthrite, a été autorisé à utiliser une voiturette lors du Championnat de la PGA, ce qui a fait sourire Tiger Woods mardi: «J'ai joué avec une jambe cassée...», a rappelé le Tigre.

Daly pourra se déplacer en voiturette sur le parcours de Bethpage, près de New York, après avoir soumis une demande et son dossier médical aux organisateurs du deuxième tournoi du Grand Chelem de l'année, qui débute jeudi.

«Une commission spéciale avec un expert médical s'est penchée sur le dossier et a conclu que cette demande était justifiée», a expliqué Kerry Haigh, le directeur de la PGA of America.

Le recours à une voiturette électrique sur un tournoi du Grand Chelem est extrêmement rare.

L'Américain Casey Martin qui avait intenté une action en justice en 2001 contre le circuit PGA, avait été autorisé à en utiliser une à l'US Open en 1998 et 2012, mais il souffrait d'une malformation à la jambe droite.

Interrogé mardi sur la voiturette qu'utilisera Daly, Woods a simplement déclaré: «J'ai joué avec une jambe cassée...», sans finir sa phrase.

Il faisait ainsi référence à sa victoire dans l'US Open 2008 remporté après un barrage de 18 trous face à son compatriote Rocco Mediate malgré une fracture de la rotule d'un genou.

Woods avait été opéré deux jours plus tard et avait fait l'impasse sur le reste de la saison 2008.

Daly, 53 ans, a remporté le Championnat de la PGA en 1991, l'une de ses deux victoires dans un tournoi du Grand Chelem avec le British Open 1995.

Ce succès lui donne le droit de participer à vie à l'épreuve, même si l'excentrique joueur américain qui a connu durant sa carrière des problèmes d'alcoolisme, est désormais... 1848e au classement mondial.

Les organisateurs du Championnat de la PGA vont fournir à Daly la voiturette qu'il conduira, avec des règles strictes à respecter.

«Il y a certains endroits de ce parcours qui ne sont pas accessibles en voiturette, il faudra faire preuve de sens commun et rester raisonnable», a expliqué Haigh.