Séries LNH 2019

«Les joueurs ne sont plus capables de répondre» - Brind'Amour

Publié | Mis à jour

Il y a une conséquence inhérente au fait de se battre pendant plusieurs semaines pour confirmer sa place en séries éliminatoires. Tôt ou tard, toute cette énergie déployée finit par tomber dans les jambes.

En retard de deux victoires (à zéro) dans la finale d’association qui les oppose aux Bruins, les Hurricanes tenteront de profiter de l’enthousiasme de leurs partisans pour renverser la vapeur, à compter de mardi soir.

C’est du moins le souhait formulé par Rod Brind’Amour à la veille du troisième match de cette série. Bien évidemment, l’entraîneur des Hurricanes n’a pas aimé la tenue de sa troupe lors du revers de 6 à 2 subi dimanche après-midi. D’ailleurs, le discours aux médias présents à son point de presse avait de quoi inquiéter ceux qui souhaitent voir se poursuivre leur parcours surprenant.

«Nous étions toujours en retard, a indiqué l’ancien capitaine de cette formation. C’est comme si après avoir poussé pendant quatre mois, la fatigue mentale nous avait rattrapés.»

«Je suis surpris que ce ne soit pas arrivé avant, a-t-il poursuivi. Depuis le 1er janvier, nous sommes en mode séries. Nous avons dû bûcher dur, on a poussé beaucoup. Il vient un moment où malgré la volonté, les joueurs ne sont plus capables de répondre.»

Pas de blâme pour Mrazek

Treizièmes de l’Association de l’Est au moment de célébrer l’arrivée de la nouvelle année, les Hurricanes se trouvaient à 10 points du Canadien et du dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires.

À l’image des Blues de St. Louis, de l’autre côté du tableau, les Hurricanes sont passés à la vitesse supérieure. Ils ont obtenu la troisième meilleure récolte de l’année 2019, accumulant 62 points sur une possibilité de 88 (moyenne de ,705).

Petr Mrazek a eu un gros mot à dire dans ce revirement de situation. D’une fiche de 6-8-2 (moyenne de buts alloués de 2,59 et taux d’efficacité de ,901), il est passé à un dossier de 17-6-1 (moyenne de buts alloués de 2,25 et taux d’efficacité de ,922).

Déjoué neuf fois lors des 34 derniers tirs qu’il a affrontés, le Tchèque semble lui aussi être à bout de ressources.

Cependant, pas question pour Brind’Amour de faire porter le blâme à son gardien.

«Même si Petr avait été fantastique, ça n’aurait rien changé. Ce n’est pas à cause de lui que nous sommes en déficit de deux matchs.»

L’entraîneur a tout de même refusé de confirmer s’il reviendra avec Mrazek ou s’il donnera le filet à Curtis McElhinney, étincelant lors du deuxième tour.