LHJMQ

Jacob Neveu: le douloureux sacrifice qui aura finalement payé

Publié | Mis à jour

La scène se déroule lors du match #2 de la série finale de la Coupe du Président entre les Mooseheads et les Huskies.

Après 3 périodes, la marque est de 4-4 et une prolongation est nécessaire pour départager les deux équipes.

Le temps supplémentaire débute. Halifax pénètre en zone rouynorandienne. L’attaquant Benoît-Olivier Groulx accepte une passe et se retrouve en position de marquer. Il s’apprête à tirer.

N’écoutant que son instinct, Jacob Neveu, sacré meilleur défenseur défensif de la LHJMQ en 2018-2019, se jette devant le violent lancer des poignets de son rival.

Le résultat de cette courageuse manœuvre est dévastateur : le tir le frappe au visage de plein fouet. L’imposant arrière s’effondre, puis se relève aussitôt et s’empresse de quitter la glace.

«Je n’avais aucune idée de ce qui venait de se passer. Le lancer est rentré très  vite. Quand j’ai vu qu’il y avait plein de sang, je me suis dépêché à quitter la glace. C’est rendu à l’infirmerie que j’ai vu à quel point c’était grave. C’est là que j’ai compris que je ne pourrais pas retourner sur la glace.»

Horrible coup du sort

Le grand numéro 3, natif de Rouyn-Noranda, raconte cette triste séquence de façon très lucide.

Il sait très bien que cette blessure, une fracture de la mâchoire, ne pouvait arriver à un pire moment.

À 20 ans, il sait aussi qu’il vit ses derniers moments avec les Huskies, la seule équipe avec laquelle il a évolué dans la LHJMQ.

«C’est sûr que ce n’est pas le meilleur moment pour être blessé. J’ai trouvé ça très difficile au début. Heureusement, mon entourage et mes coéquipiers ont été là pour moi. Tout de suite après le match, j’ai reçu plusieurs messages de support. Les gars m’ont dit qu’ils allaient gagner la série pour moi.»

Son équipe, après 2 matchs contre Halifax, se retrouve à égalité dans la série.

En bon vétéran, l’arrière, malgré les nombreux soins qu’il reçoit et la forte médication qu’il doit prendre, se tient au courant des moindres développements de la série.

Constatant que son équipe pourrait remporter la Coupe du Président lors du match 6, il accompagne même ses coéquipiers à Halifax pour assister à la rencontre.

Sa décision n’aura pas été vaine. Les Huskies tiennent leur promesse et gagnent le match 4-0. Ils sont sacrés champions de la LHJMQ.

Jacob est d’ailleurs sur la patinoire pour les célébrations. Il porte son équipement complet. Grandement respecté par ses coéquipiers, ce n’est pas un hasard s’il est le premier joueur de l’équipe à recevoir la Coupe du Président des mains de son capitaine, Rafaël Harvey-Pinard.

«Soulever le trophée m’a fait le plus grand bien. C’est une grande fierté. Évidemment, étant de Rouyn-Noranda, ramener la coupe à la maison est extrêmement spécial. J’ai le logo des Huskies tatoué sur le cœur. Mes coéquipiers on su finir le travail et je suis très fier d’eux.»

«Gagner la coupe avec ces gars-là, que je côtoie pour la plupart depuis des années, est extrêmement spécial. On passe tellement de temps ensemble depuis 5 ans. Ce sont des frères.»

Une organisation spéciale

La statistique parle d’elle-même. Il s’agit d’une deuxième Coupe du Président en 4 ans pour Rouyn-Noranda. C’est exceptionnel!

Neveu a participé aux deux conquêtes. Il est donc en mesure d’expliquer ce qui rend les Huskies si redoutables chaque année.

«Chez les Huskies, on développe nos joueurs à notre façon et on les garde longtemps. On essaie de conserver le même groupe d’année en année et la chimie s’en ressent. Évidemment, on va parfois chercher des joueurs qui sont en mesure de nous aider comme Louis-Filip Côté, Noah Dobson ou Joël Teasdale, mais ce sont des gars qui adhèrent à la mentalité de l’équipe et qui nous ont beaucoup apporté.»

Relation unique

Les images ont fait le tour du Québec. À son retour d’Halifax, la troupe de Mario Pouliot est accueillie par des milliers de partisans à l’aéroport de Rouyn-Noranda. Le bâtiment est bondé et les amateurs se massent jusqu’à l’extérieur de celui-ci. Ils veulent démontrer leur fierté aux joueurs.

«Ici, à Rouyn-Noranda, on adore nos partisans. C’était spectaculaire de voir tous ces gens en sortant de l’avion. Ce fut un moment très spécial. Nos supporters font partie de l’équipe».

Prochaine étape : Coupe Memorial

Les célébrations, aussi intenses soient-elles, seront toutefois de courte durée.

Les Huskies s’envoleront sous peu pour Halifax, où se tiendra prochainement le prestigieux tournoi de la Coupe Memorial.

Rouyn-Noranda y retrouvera là-bas les Mooseheads (club hôte), ainsi que le Storm de Guelph (OHL) et les Raiders de Prince Albert (WHL).

Comment évalue-t-il les chances de son équipe face à ces formations?

«Il y aura d’excellentes équipes. On devra être prêts et y aller à fond. On connaît nos forces et il ne faut pas oublier que contre des formations de cette qualité, ce sont les petits détails qui feront la différence.»

Une question difficile, une réponse qui l’est tout autant

Impossible de laisser aller Jacob Neveu sans lui poser une question qui brûle les lèvres, mais qui n’est pas du tout facile à adresser : pense-t-il pouvoir, par un miraculeux concours de circonstances, enfiler le chandail des Huskies une dernière fois à l’occasion du tournoi de la Coupe Memorial?

Le défenseur hésite longuement avant d’y aller d’une réponse.

«C’est une bonne question. J’ai eu une fracture de la mâchoire et j’ai présentement beaucoup de douleur. Seul le temps pourra nous dire si je serai en mesure de revenir.»

Une chose est cependant certaine : qu’il participe ou non au tournoi, Jacob Neveu aura marqué de façon incroyable l’organisation des Huskies de Rouyn-Noranda.

Au-delà de son indéniable impact sur la patinoire, c’est par son dévouement unique et son amour, autant pour le logo des Huskies que pour le hockey en général, qu’il aura marqué son sport.