Crédit : John Morris / Agence QMI

LHJMQ

Un véritable miracle des Huskies

Un véritable miracle des Huskies

Mikaël Lalancette

Publié 12 mai
Mis à jour 12 mai

Les Huskies de Rouyn-Noranda n’ont cessé de nous épater cette saison.

La liste des réalisations dignes de mentions sont nombreuses : une saison de 59 victoires en 68 parties, une séquence de 25 victoires, des honneurs d’équipe et individuels, plusieurs records québécois...

Mais tout ça n’aurait pas été complet sans une coupe du Président. Vous imaginez une si belle saison qui ne se termine pas avec un championnat de séries?

La déception aurait été vive pour les représentants de l’ouest de l’Abitibi-Témiscamingue, qui terminent cette année un cycle victorieux de plus de quatre ans, un véritable miracle pour un petit marché de hockey junior comme Rouyn-Noranda.

Commençons avec le pilote Mario Pouliot, qui est devenu le troisième entraîneur-chef de l’histoire de la LHJMQ à remporter deux coupes du Président de suite avec deux équipes différentes.

Seuls Orval Tessier dans les années 70 et Jean Bégin, dix ans plus tard, avaient réalisé ce fait d’armes.

Des décision payantes

Sa première décision comme entraîneur-chef a été de confier le titre de capitaine à Rafaël Harvey-Pinard.

Mario Pouliot s’en souvient comme si c’était hier.

«Je lui ai dit que s’il travaillait comme il en était capable, l’équipe remporterait la coupe du Président et qu’il serait le premier à la soulever», raconte-t-il.

C’est exactement ce qui est arrivé.

Dans mon bulletin de vote remis à la LHJMQ, Harvey-Pinard était un candidat sérieux pour le trophée Guy-Lafleur remis au meilleur joueur des séries.

Le natif de Jonquière a été sublime en finale, récoltant 14 points, dont huit buts, en six parties contre les Mooseheads de Halifax. Il a marqué cinq buts dans les victoires des Huskies lors des matchs cinq et six.

Pouliot n’a pas eu la main heureuse seulement comme entraîneur-chef.

Deux de ses acquisitions lors de la dernière période des transactions, Joël Teasdale et Noah Dobson, ont été des rouages importants de la conquête de ce championnat.

Après deux finales perdues avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, Teasdale a enfin pu toucher le trophée convoité. Jamais repêché dans la Ligue nationale de hockey, l’espoir des Canadiens de Montréal a terminé au premier rang des pointeurs en séries avec une récolte de 34 points en 20 parties.

De son côté, Dobson a été fidèle à lui-même : c'est-à-dire excellent. L’ancien défenseur du Titan d’Acadie-Bathurst a menotté le premier trio des Mooseheads, qui a terminé la série avec une maigre récolte de huit points en six parties.

En remportant le prestigieux trophée Guy-Lafleur, le grand numéro 53 des Huskies est devenu le plus jeune défenseur de l’histoire à mériter le titre du joueur le plus utile des séries dans la LHJMQ.

Tous les autres avant lui, Sylvain Côté (1986), Jason Doig (1996), Danny Groulx (2002) et Thomas Chabot (2017), l’avaient fait à leur saison de 19 ou 20 ans.

Bref, Pouliot a été un bon entraîneur-chef et un bon directeur général pour les Huskies.

Longue liste de héros

La liste des héros chez les Huskies ne se limite pas aux noms énumérés plus tôt. On pourrait aussi parler de Félix Bibeau et de Samuel Harvey, qui ont tous les deux brillé depuis le début de la vraie saison.

Le gardien des Huskies, qui a réalisé quatre jeux blancs en séries cette année, n'oubliera pas de sitôt l'arrêt spectaculaire qu'il a réalisé à la fin du match cinq. C'est peut-être un point tournant dans les séries pour les Huskies. L'ovation qu'il a reçue dans les minutes qui ont suivi la fin du match a marqué l'imaginaire des partisans de l'équipe.

Harvey est devenu le deuxième gardien de l'histoire de la LHJMQ à signer un jeu blanc lorsque la coupe du Président est soulevée à l'étranger. L'autre avait été Mathieu Corbeil-Thériault avec les Sea Dogs de Saint-Jean à Rimouski en 2012.

Dans quelques jours, tout sera à recommencer pour les Huskies, qui auront rendez-vous avec les champions de la Ligue junior de l'Ontario samedi prochain.

Le choc entre les deux équipes de la LHJMQ à la Coupe Memorial aura lieu lors du dernier match du tournoi à la ronde, le 22 mai.

On va surveiller avec intérêt ce match, considérant l'animosité qui s'est développée entre les Huskies et les Mooseheads. La fin de match, complètement dominé par les visiteurs, n'en est qu'un exemple.

Il fallait regarder les poignées de mains d'après-match samedi soir pour réaliser à quel point la finale de cette année a laissé des traces entre les deux formations. Les politesses échangées par Éric Veilleux et Mario Pouliot ont duré une fraction de seconde. Ces deux-là ne sont pas à inviter au même party...

Victoire morale

Pour les Mooseheads, on peut parler d'une victoire morale en séries.

Les champions de l’Association de l’Est ont hérité de toute une commande : affronter coup sur coup Drummondville et Rouyn-Noranda dans les éliminatoires. 

Halifax a évité la catastrophe au premier tour des séries. Une élimination à six jours du début du tournoi de la Coupe Memorial n'a rien de déshonorant pour une équipe hôtesse, bien au contraire. Parlez-en aux Blades de Saskatoon de 2013 (50 jours), aux Pats de Regina de 2018 (45 jours) ou aux Spitfires de Windsor en 2017 (44 jours).

Les Mooseheads auront fait mentir bien des gens qui doutaient des chances de cette équipe de remporter les grands honneurs. Avec un peu de recul, ils n'étaient pas loin du compte.

En finale, Benoît-Olivier Groulx aura été le meilleur joueur de sa formation. C'est son trio qui a été le moteur de l'attaque des Mooseheads lors de la dernière série.

Alexis Gravel a montré pourquoi on l'identifie comme l'un des bons gardiens à avoir été développé au Québec dans les dernières années. N'eut été de ses prouesses, la série aurait peut-être été plus courte.

Comme en 2006?

Les Mooseheads, qui auront connu un inexplicable très mauvais dernier match à domicile en séries, pourront prendre leur revanche lors du prochain tournoi de la Coupe Memorial.

Les Remparts de Québec avaient fait le coup aux Wildcats de Moncton en 2006.

La troupe de Ted Nolan avait éliminé celle de Patrick Roy en six parties en finale de la coupe du Président, mais les rôles avaient été inversés lors du tournoi de la Coupe Memorial.

Ce sont les Remparts qui avaient remporté les deux duels dans le tournoi, dont le dernier match de la saison 2005-2006 dans la Ligue canadienne de hockey.

C'est ce qui fait la beauté de ce tournoi, que vous pourrez suivre à compter de vendredi sur les ondes de TVA Sports.

On s'en reparle plus tard cette semaine!