Crédit : Le Journal de Québec

LHJMQ

LHJMQ: une scène invraisemblable en pleine finale!

Publié | Mis à jour

À une époque qui n’est pas si lointaine dans la LHJMQ, quand certaines rivalités étaient le théâtre de scènes folkloriques, il aurait été impensable que deux équipes voyagent au sein du même transport. Encore moins en séries éliminatoires.

Mercredi, un peu plus d’une douzaine d’heures après s’être livré à une guerre de tranchées sur la patinoire du Scotiabank Centre lors du quatrième acte de la finale de la Coupe du Président, joueurs et membres du personnel des Huskies de Rouyn-Noranda et des Mooseheads d’Halifax ont fait la trêve durant quelques heures pour embarquer dans le même avion en direction de la capitale du cuivre. Une première dans l’histoire en finale.

La scène était unique. Les Huskies se sont installés au fond de l’appareil pendant que leurs adversaires attendaient patiemment dans leur autocar.

Présents pour les deux rencontres à Halifax, le commissaire Gilles Courteau et le directeur des opérations hockey Pierre Leduc ont ensuite pris place au milieu pour servir de zone tampon, en compagnie du service des communications et de membres des médias, incluant l’auteur de ces lignes. Les Mooseheads ont fermé la parade, s’asseyant dans les premières rangées.

Les joueurs à l’aise

N’empêche que le caractère inusité de ce voyage n’a pas empêché les joueurs de dormir, d’écouter de la musique et de manger.

«On ne s’aime pas, mais on ne commencera pas à se battre dans l’avion, lance l’un des meilleurs attaquants des Huskies dans ce tournoi printanier, Félix Bibeau. On est deux équipes matures qui veulent gagner. Ça ne sert à rien de gaspiller de l’énergie là-dedans. C’est maintenant un deux de trois et on se concentre là-dessus.»

Gagnant de la finale et de la Coupe Memorial à Bathurst l’an passé, Samuel Asselin a salué la démarche.

«Ça s’est bien fait. Ils sont allés en premier ; la ligue et nous ensuite. On ne remarque même pas qu’ils sont là. Ce n’est pas une chose qui nous dérange vraiment. Les gars écoutent leur musique et en profitent pour se relaxer. Dans le vieux temps, peut-être que ça aurait dérangé, mais le hockey, ça se gagne sur la glace», a observé le patineur des Mooseheads.

«On a confiance en nos équipes. La ligue est là pour profiter du transport et ça assure une certaine présence. Ça évite des situations que l’on ne pourrait pas prévoir et où ça pourrait changer le momentum de la série. On sait ce qui se passe à bord de l’avion. Ça évite des surprises», soutient l’adjoint au commissaire Martin Lavallée, en entrevue téléphonique avec «Le Journal de Québec».

Si tout s’est déroulé dans l’ordre sous l’œil attentif des Casques bleus d’un jour, la pièce se tiendra de nouveau samedi à l’intérieur du Boeing 737-200 de la compagnie Nolinor.

Quelques heures auparavant, l’un des deux clubs se sera rapproché à une seule victoire de soulever le précieux trophée et la tension risque d’être encore plus élevée.

Réglementation améliorée

Ce voyage pour le moins unique au milieu de la finale s’est déroulé dans le cadre de la nouvelle politique en matière de transport de la LHJMQ, qui gère depuis le début des présentes séries les déplacements des équipes par la voie des airs lorsque deux villes sont séparées par plus de 1000 km.

La distance terrestre entre Rouyn-Noranda et Halifax est de 1862 km, soit la plus éloignée en ronde ultime depuis 2003. Le vol de mercredi a duré 2h12 min.

«Quand on a une chance de voyager deux équipes ensemble, on le fait, explique l’adjoint au commissaire Martin Lavallée. Ce n’est pas automatique. Ça dépend de la disponibilité des appareils, le temps entre les parties. De plus, c’est plus avantageux de noliser un seul avion et ça nous permet d’avoir des avions plus rapides.»

«S’il y a plus d’une journée entre deux matchs, on ne veut pas contraindre une équipe à rester une nuitée de plus sur la route. On veut qu’elle se retrouve dans ses affaires le plus rapidement possible.»

Le cinquième duel aura lieu jeudi soir à l’aréna Iamgold.

_____________________________________________

SÉRIES ÉLIMINATOIRES : PRÈS DE 500 000 $ POUR TRANSPORTER LES ÉQUIPES

La LHJMQ estime qu’il lui en coûtera environ 200 000 $ pour le transport des finalistes ce printemps. En incluant l’ensemble des quatre rondes éliminatoires, on parle de près d’un demi-million de dollars.

«Les coûts varient selon la disponibilité des appareils, si l’appareil reste au sol, ce genre de choses», spécifie l’adjoint au commissaire de la LHJMQ, Martin Lavallée.

Il faut rappeler que les 18 équipes du circuit versent leur part dans un fonds dédié au transport depuis quelques années, mais avant cette année, les équipes s’occupaient elles-mêmes de réserver un avion si elles jugeaient la chose nécessaire.

Le format 2-3-2, qui s’applique à partir de 600 km lors des deux premiers tours, a aussi aidé à offrir de meilleures conditions aux équipes engagées dans la course.

Souci d’équité

«On veut que nos équipes aient les mêmes conditions. Et la seule façon d’y arriver, c’était que la ligue prenne en charge le transport au-dessus de 1000 km. En bas de 1000 km, de façon générale, les équipes sont aptes à voyager en bus. Je n’imagine pas une équipe effectuer des allers-retours dans cette finale. Ça aurait été impensable, reconnaît l’adjoint au commissaire.

«Puis, on n’aurait pas voulu qu’une équipe le fasse en avion et l’autre en autobus pour des contraintes budgétaires. Je pense que c’est très positif et nos équipes apprécient. Vendredi, on en sera à notre 27e transport dans les séries. Ce n’est pas banal.»

En demi-finale, les Mooseheads avaient partagé l’expérience aérienne avec les Voltigeurs de Drummondville, alors que Rimouski et Cap-Breton ont aussi voyagé ensemble en deuxième ronde. L’an dernier, à leur initiative, l’Armada et les Wildcats avaient fait de même.

Dans l’Ouest, les finalistes profitent du même vol nolisé pour se déplacer entre les sites depuis la finale de 2009 entre Kelowna et Calgary, a confirmé par courriel le directeur des communications de la WHL, Taylor Rocca. Cette année, Vancouver et Prince Albert, éloignées par 1744 km, s’affrontent à la ronde de championnat dans une formule 2-3-2.