Crédit : Douglas DeFelice-USA TODAY Sports

Impact

Impact: petite équipe va loin

Publié | Mis à jour

Tout jouait contre l’Impact face aux Red Bulls mercredi soir et pourtant, cette petite équipe a encore une fois causé la surprise. Elle mérite qu’on la prenne au sérieux aux quatre coins de la Major League Soccer (MLS).

«On n’est pas l’équipe la plus talentueuse de la ligue, mais on a les éléments pour rivaliser contre tous. Et si on donne notre 100 % à chaque match, on peut faire de grandes choses comme [mercredi] soir», a d’ailleurs lancé Samuel Piette après victoire de 2 à 1 contre les Taureaux.

Et il a raison, Rémi Garde et son personnel ont implanté un concept d’équipe très fort accompagné d’une mentalité de gagnant et tout le monde progresse dans ce contexte.

C’est une équipe déterminée qui croit toujours en ses chances et qui saute chaque fois sur le terrain, peu importe les conditions.

Et tout ça s’est produit sur fond de déblocage mercredi avec les premiers buts de Maxi Urruti et Zakaria Diallo, ainsi qu’avec une première victoire au Red Bull Arena en saison régulière après neuf tentatives infructueuses.

Amoché

On pensait bien que ce duel contre les Red Bulls serait pénible pour le Bleu-Blanc-Noir qui est miné par les blessures.

Nacho Piatti, Harry Novillo, Mathieu Choinière, Clément Bayiha, Victor Cabrera, Orji Okwonkwo, Bacary Sagna et Saphir Taïder sont tous affectés par des blessures. Les cinq premiers sont restés à Montréal, Okwonkwo est du voyage, mais il n’était pas en uniforme au New Jersey pendant que les deux derniers étaient réservistes.

Et cette équipe va rejouer samedi après-midi contre le FC Cincinnati.

«Tous ceux qui étaient valides et qui pouvaient marcher, on les a amenés», a lancé Rémi Garde, ce qui a fait rire tout le monde.

«On va compter ceux qui restent valides et on adaptera peut-être la tactique, mais j’aime bien aussi le 4-3-3», a ajouté l’entraîneur-chef au sujet de son plan de match.

Changement important

Parce que Garde a pris un peu tout le monde par surprise en proposant un schéma tactique à deux attaquants et cinq défenseurs, lui qui n’avait employé que le 4-3-3 depuis le début de la saison.

L’équipe aura mis une demi-heure à trouver son rythme dans cette nouvelle disposition et le résultat invite à peaufiner la stratégie qui a somme toute été payante.

«On a eu la main un peu forcée [à cause des blessures], mais c’est aussi un système qui permet aux joueurs de se concentrer sur autre chose», a soutenu Garde.

Quoi qu’il en soit, il y a une dynamique à travailler entre Anthony Jackson-Hamel et Maximiliano Urruti. En défensive, on revoyait Rudy Camacho pour la première fois depuis le massacre à Kansas City et, dans ce schéma, il a fait un très bon match. Il a peut-être fait une ou deux erreurs, mais il était assez solide dans l’ensemble du match.

En premier

Le résultat des courses est que depuis mercredi soir, l’Impact est sur un pied d’égalité avec Philadelphie et D.C. au premier rang de l’Association Est avec un total de 20 points.

Les Montréalais ont cependant disputé un match de plus et en matière de points par match (1,67), ils sont quatrièmes. Et c’est le chiffre le plus important à retenir quand toutes les équipes n’ont pas joué le même nombre de parties.

Mais le plus intéressant est que l’Impact présente actuellement le meilleur dossier à l’étranger de tout le circuit Garber avec une fiche de 4-3-2, étant la seule équipe à avoir remporté quatre victoires sur des gazons adverses cette saison.

Dire qu’on s’inquiétait du début de saison avec tous ces matchs à l’étranger. Après la rencontre de samedi à Cincinnati, le Bleu-Blanc-Noir n’aura plus que sept rencontres à jouer à l’extérieur et encore 14 à jouer au stade Saputo.

Et tout ça sans Nacho Piatti, il faut le rappeler.

Proche d’un record

Avec ce quatrième gain à l’étranger, l’Impact a égalé un record d’équipe pour les victoires à l’étranger. Il en avait aussi remporté quatre en 2013, 2015 et 2016.

Et qu’ont en commun ces trois saisons ? Ce sont les trois seules fois où l’équipe a participé aux séries éliminatoires.

Petit rappel, l’Impact avait raté les séries par quatre points en 2018 en récoltant 11 points à l’étranger. Il en a actuellement 14 en banque. Il est encore tôt pour s’exciter, mais ça augure bien.