Crédit : John Morris / Agence QMI

LHJMQ

Finale de la LHJMQ: comme une partie de ping-pong

Finale de la LHJMQ: comme une partie de ping-pong

Mikaël Lalancette

Publié 08 mai
Mis à jour 08 mai

C’est une véritable partie de ping-pong jusqu’à maintenant.

Le dernier revirement de situation est survenu mardi soir à Halifax dans le quatrième match de cette série finale de la Coupe du Président.

On résume : les Huskies ont gagné à domicile, les Mooseheads ont arraché l’avantage de la patinoire aux Huskies en deuxième période de prolongation vendredi dernier à Rouyn-Noranda, puis les hommes de Mario Pouliot ont rebondi dans le match numéro 3, avant de voir les Mooseheads niveler les chances dans le quatrième duel.

Pourquoi le vent change-t-il de côté chaque match?

L'explication est toute simple : ce sont deux bonnes équipes de hockey, capables de rebondir après une mauvaise performance ou une défaite dure à avaler. Leur parcours en séries depuis un premier tour éliminatoire plus ardu en est une démonstration claire et nette.

Revenons sur le match de mardi. N’eût été de la performance étincelante de Samuel Harvey, les Mooseheads auraient malmené les Huskies. Victorieux la veille, Rouyn-Noranda n'a pas bien paru.

Résultat des courses, il y a égalité des chances après quatre parties.

Je vous en parlais dans ma dernière chronique, le déroulement de la finale de cette année a rassuré tous ceux qui croyaient que les deux équipes ne prendraient pas la série au sérieux compte tenu d’une présence assurée au tournoi de la coupe Memorial.

On a même senti l’animosité montrer d’un cran dans le quatrième match. «On apprend à se détester et on devra les détester encore plus dans le prochain match», a admis Rafaël Harvey-Pinard des Huskies après la rencontre.

Ça résume plutôt bien la situation. Même Noah Dobson et Samuel Asselin, qui s’affrontent après avoir remporté la coupe du Président et la coupe Memorial l’an passé avec le Titan d'Acadie-Bathurst, se chamaillent lors de chaque présence. À la guerre comme à la guerre, dit l'expression!

Les deux équipes n’ont pas la tête à la coupe Memorial, elles veulent toutes les deux remporter la coupe du Président.

Convenons d’une chose à ce stade-ci : les Mooseheads sont dans une très bonne position. Ils ont commencé la finale comme négligés et ont déjà gagné à Rouyn-Noranda, une terre hostile pour les équipes visiteuses depuis plusieurs mois. La mainmise d’Éric Veilleux sur sa troupe paie en ce moment.

Un gain de Halifax jeudi soir en Abitibi pourrait donner une sérieuse option sur le précieux trophée, que les Mooseheads pourraient soulever samedi soir à domicile, un privilège pour toute équipe qui remporte un championnat.

Dans le camp ennemi, les Huskies ont perdu un très gros morceau en Jacob Neveu, tombé au combat pour le reste des séries et probablement pour le tournoi de la Coupe Memorial.

Bref, ça se resserre et c’est difficile de prédire la suite des choses.

C’est peut-être signe que ce sera long et qu’il y aura encore plusieurs autres revirements dans cette série.

On ne pouvait pas demander mieux!