Tennis

«Félix sera un grand champion» - Rafael Nadal

Publié | Mis à jour

On se demandait quel Rafael Nadal se présenterait sur le court Manuel Santana de Madrid, mercredi matin, pour affronter Félix Auger-Aliassime.

Affaibli au cours des derniers jours en raison de problèmes gastriques, l’Espagnol a tout de même démontré pourquoi il était le roi de la terre battue en défaisant la jeune sensation en deux manches identiques de 6-3 au deuxième tour du Masters 1000 de Madrid.

Nullement intimidé, le Québécois s’est bien battu contre Nadal dans un match lors duquel il a assurément beaucoup appris.

S’il y a une chose à retenir, toutefois, c’est qu’il est impossible d’espérer connaître du succès contre l’Espagnol sur terre battue si on lui offre des points sur un plateau d’argent comme l’a fait Auger-Aliassime, mercredi, lui qui a terminé la rencontre avec 30 fautes directes, dont 16 sur son coup droit.

«Félix est un excellent adversaire, un excellent joueur et il sera un grand champion, a tout de même mentionné Nadal après le match dans des propos rapportés par le quotidien britannique «Daily Express». Pour moi, l’important était la victoire et je suis heureux de l’avoir récoltée en deux manches.»

Bon départ

Auger-Aliassime avait bien commencé le match ; les deux raquettes se sont échangé les points au service au cours des sept premiers jeux, jusqu’à ce que Nadal réussisse le premier bris de la rencontre, pour prendre les devants 5-3 dans ce qui a certainement été le tournant du match. Le Québécois était pourtant en contrôle, en avant 40-15, mais il a laissé Nadal revenir de l’arrière en commettant quatre fautes directes de suite.

À ce moment, on a senti l’Espagnol prendre son rythme, lui qui a fini le travail pour remporter la manche 6-3.

L’Espagnol et favori de la foule madrilène a continué sur sa lancée à la deuxième manche pour le briser à deux reprises lors de ses trois premiers jeux au service. À 5-2 en faveur de Nadal, Auger-Aliassime a toutefois refusé d’abdiquer en brisant son adversaire pour la première fois du match, se redonnant une lueur d’espoir.

Par contre, après un très long neuvième jeu au service, Auger-Aliassime a de nouveau concédé le bris, mais pas avant d’avoir sauvé cinq balles de match.

«Jouer contre Nadal, c’est toujours très bien pour l’expérience. Félix a besoin de jouer contre les meilleurs au monde et de vivre l’expérience d’un court central à Madrid. Ça lui a permis de voir ce qu’il doit encore améliorer. Aujourd’hui, ce sont des petites erreurs de concentration qui ont fait la différence», a analysé son entraîneur Frédéric Fontang, contacté au téléphone quelques minutes après le match.

Du positif

Selon son autre entraîneur, Guillaume Marx, il y a beaucoup de positif à tirer de cette partie.

«La plus grosse chose, c’est que Félix a vu qu’il peut rivaliser avec des joueurs comme Nadal et les tenir au pointage sans avoir à faire des miracles. Nadal est le genre de joueur qui force ses adversaires à tenter de trop en faire, et c’est ce qu’il a fait faire à Félix lors de la deuxième moitié du duel. Par contre, pendant une demi-heure il l’a tenu et, ça, c’est très positif.»

De son côté, Nadal aura rendez-vous avec l’Américain Frances Tifao jeudi, au troisième tour.