LNH

Alain Vigneault révèle le mandat de Michel Therrien

Publié | Mis à jour

Nommé adjoint à l’entraîneur chez les Flyers de Philadelphie plus tôt cette semaine, le Québécois Michel Therrien s’occupera de l’avantage numérique de l’équipe en plus d’aider l’entraîneur-chef Alain Vigneault à diriger les attaquants.

C’est ce qu’a précisé Vigneault, mercredi.

«Je connais Michel depuis longtemps et je sais quel genre d’homme de hockey et quel genre de personne il est. Je sais ce qu’il peut apporter», a dit Vigneault, selon des propos rapportés par le site de la Ligue nationale de hockey (LNH).

L’entraîneur a aussi indiqué que Mike Yeo sera le responsable des défenseurs et de l’infériorité numérique.

«J’ai toujours pensé que l’entraîneur qui s’occupe des défenseurs devrait aussi être responsable du désavantage numérique tandis que celui responsable de l’attaque à cinq devrait travailler plus près des attaquants», a expliqué Vigneault.

Ian Laperrière, qui s’occupait auparavant du désavantage numérique, a vu son rôle changer. Il devra maintenant analyser les futurs adversaires des Flyers. De plus, au lieu de travailler sur le banc, il observera les rencontres à partir de la galerie de presse pour ensuite relayer ses observations aux entraîneurs.

Le désavantage numérique des Flyers connaît des ennuis depuis quelques saisons. Ces contre-performances n’expliquent toutefois pas le changement de rôle de Laperrière.

«Pas du tout, a indiqué Vigneault, au site philly.com. Je voulais avoir des gens qui apportaient quelque chose de différent aux Flyers. J’ai foi en Ian Laperrière. Il est un vrai membre des Flyers. Il veut être ici et il veut aider l’équipe de toutes les façons possibles.»

Beaucoup d’expérience

Therrien a été l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal à deux reprises en plus de diriger les Penguins de Pittsburgh. Yeo a pour sa part été le pilote du Wild du Minnesota et des Blues de St. Louis.

Vigneault insiste pour dire qu’il est à l’aise de compter sur des adjoints ayant autant d’expérience en tant qu’entraîneurs-chefs dans la LNH.

«La meilleure façon de faire mon travail, c’est d’avoir les meilleures personnes possibles autour de moi», a affirmé celui qui dirigera par ailleurs le Canada au Championnat du monde de hockey, en Slovaquie, à compter de vendredi.

«Personne ne comprend mieux le rôle d’un assistant qu’un entraîneur-chef, a-t-il poursuivi. Ils comprennent leurs rôles. Leur expérience bénéficiera à toute l’organisation, pas juste à moi. Les dépisteurs, l’état-major et surtout les joueurs en profiteront.»